Phil Chess, co-fondateur du label du même nom, est mort cette nuit à l’âge de 95 ans, après avoir consacré quasiment un siècle à l’invention du blues américain.

Ca peut paraître étrange, mais Phil Chess ne s’appelait pas Phil Chess. Né en Pologne presque en 1921, Fiszel Czyż embarque comme des millions de juifs européens vers l’Amérique, en 1928. L’émigration ne se fait pas n’importe où : Chicago, soit le terrain de jeu d’Al Capone. Après la guerre, et après s’être fait la main dans un club local, lui et son frère Leonard lancent Chess Records (il y a 66 ans donc) et inventent ce qui deviendra le son américain fantasmé, à base de blues et R&B, bien avant que le mot ne soit récupéré par des artistes FM n’ayant jamais écouté Muddy Waters, Bo Diddley, ou Howlin’ Wolf.

Indirectement, on devra également aux frères Chess la naissance des Rolling Stones, fascinés par ce son venu des Etats-Unis, comme le rappelait Keith Richards dans ses mémoires. Après avoir régné discrètement sur l’Amérique et tous les bars de la route 66, les frères Chess se retireront du rock game en 1969 après que Marshall Chess, le fils de Leonard ait brièvement tenté de tenir les rênes de ce cheval indomptable. L’histoire étant une grande boucle de ceinture en cuir, le hasard voudra que le même Marshall devienne en 70 le premier PDG de… Rolling Stones Records, le label de Mick et Keith. Pendant cinq ans, il y gèrera les intérêts du groupe mais finira pas jeter l’éponge, certainement trop gorgée de l’alcool et des drogues consommées par le groupe.

Et c’est ainsi qu’on se retrouve, plus de cinquante ans après toutes ces histoires, à célébrer la mémoire du dernier survivant des débuts, Phil, décédé à 95 ans après avoir plus que rempli son contrat. A titre de comparaison, les Rolling Stones sont toujours en vie et viennent d’annoncer la sortie de « Blues and Lonesome », un album de reprises de Willie Dixon et Muddy Waters (signés chez Chess, tiens tiens). Et Chuck Berry, autre signature emblématique du label de Chicago, sort à 90 ans son premier album après 40 ans de silence. Aux échecs, quand on déplace le roi et l’une de ses tours, on parle de coup du roque. And roll.

  • 1
    Partage

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.