(C) Astrid Karoual

Passer des salons aux studios, des écrits au chant, de la pensée à la parole, c’est une certaine tradition française. Gilles Deleuze s’y essayait voilà 50 ans sur Le voyageur avec Richard Pinhas, bientôt suivi par Maurice Dantec avec son groupe Artefact et plus récemment Alain Damasio avec Rone ou Palo Alto. C’est aujourd’hui Mehdi Belhaj Kacem, disciple de Badiou, qui s’y colle sur un EP 2 titres au texte blastant la société moderne, sa gouvernance et les choix technologiques poussant l’Homme au bord du précipice. Bienvenue dans quinze minutes de fureur.

« Bienvenue dans un monde où l’on martyrise les enfants et où l’on vaccine les bébés pour en faire des organismes modifiés, bienvenue dans un monde où les réunions de plus d’une personne seront criminalisées, bienvenue dans le Vichy biopolitioque mondialisé, bienvenue dans le monde de l’oxygène payant, bienvenue dans un monde où la mort sera pour tous un soulagement. ». Le talk over dure ainsi pendant 6 minutes et 56 secondes, sur ce qui est le premier titre de l’EP publié ces jours-ci par Mehdi Belhaj Kacem (dit MBK) et Nicolas Jorio. Le premier est philosophe de métier, de nature, s’est fait connaitre par quelques romans et essais puis dans la revue Tiqqun, gérée par « la bande de Tarnac » et Julien Coupat, vous savez, ces jeunes qui effrayaient la France sarkozyste avec une brique posée sur un rail SNCF ; le second est un musicien, notamment guitariste du groupe La Chatte. Réunis par la salle du Confort Moderne, à Poitiers, ils posaient les bases voilà quelques semaines de deux titres faisant le même effet qu’un vaccin produit par une multinationale sur un virus crée par l’homme. Un truc d’une rare violence, du moins pas entendue dans le monde dit du « rock » depuis des lustres, et résumant à lui seul le chaos dans lequel nous sommes tous blottis depuis plus d’un an, entre visio sur Zoom, dépression silencieuse et Humanité connectée en 5G. Voici pour les présentations, le pitch. Puis vient le parpaing dans la gueule, du genre sonique.

Alors qu’il n’aurait pu être qu’un ramassis de conneries techno-scientifiques mis en musique par un pseudo DJ périgourdin, « Bienvenue » s’écoute d’une traite, comme un résumé de toutes les absurdités de l’époque, perdue entre contrôle de soi-même et obsessions pour la censure, la répression des libertés individuelles et le faux debordien. En ce sens, ces deux titres auto-suffisants (comprendre qu’il n’y a pas besoin de plus) s’inscrivent dans la lignée de la Théorie de la jeune fille, cet essai publié voilà pile 20 ans et qui se lit avec le recul comme un avant-goût de la société de consommation métastasée dans laquelle nous remuons encore. Quant à la musique, on pense à du J. G. Ballard technoïde, au Brazil de Terry Gilliam raconté par Damasio en audio-livre ou bien, tout simplement, à une émulation ultra-vénère du « Présence humaine » de Michel Houellebecq.

« Ces deux morceaux tendent à la réalité actuelle du monde un miroir grossissant explique la biographie accompagnant le cocktail Molotov, et rappellent que la contestation et l’urgence vibrent aussi dans les corps en sueur dansant au fond des clubs ». Pas certain qu’on verra cette année un tableau dépeignant avec une si belle précision l’état d’enfermement dans lequel nous sommes tous plongés ; confinement ou pas.

« Bienvenue dans le fichage sous-cutané conclue l’EP, bienvenue dans un monde où si ne nous révoltons pas collectivement, le suicide sera la seule forme d’héroïsme qui nous reste ». Si nous sommes en guerre comme disait l’autre, alors Mehdi Belhaj Kacem et Nicolas Jorio méritent clairement une médaille pour cette bombe qui détonne, dans un monde de plus en plus sourd.

https://mbknj.bandcamp.com/

  •  
    110
    Partages
  • 110
  •  
  •  

20 commentaires

  1. …pourri T Lyrics.. la pochette c celle du xtc refusé ? ou refoulé? l’autre pas de Public Image Ltd (trop dubby) prefere chrome la metal bowx elle est en fer!

  2. C’est quand même marrant de faire un article pour dire qu’on peut plus dire du mal d’un disque en 2021, et que le plus important c’est pas le contexte mais « ce qui est donné à écouter ». Et après poster ce truc quand même bien raté…

  3. Te fatigue pas Loulou, de toute façon il ne répond jamais au vaines polémiques autour de ces post clivant le Bester c’est devenu son style
    Autrefois il échangeait, mais vu le niveau de la plupart des commentaires, terminé.

  4. Le gauchisme musical a gros sabots c’est toujours de la grosse daube indigeste et prétentieuse : Mc5, Manu Chao, Yannick Noha, Idles, fat white family et leurs clones yéyé franchouillarde du Villejuif Underground. En plus ce sont toujours des gros Bourges de sauce-dem qui se prennent pour des totos. J’aime bien Mehdi que je connais use puis la fac, mais là il s’est chier dessus.

  5. La droite réac à gros glaviots c’est toujours la même chose :Sardou Téléphone C. Mahé Air Phoenix… En plus ce sont toujours des gros bourges, blablabla….. je vous dis pas ma bonne dame

  6. Hello pour info MBK n’a jamais fait parti de Tiqqun mais d’Evidenz. MBK web itw sur Ironie.fr : « Tout allait bien jusqu’à ce qu’on rencontre Tiqqun. Avec les Tiqqun, on a travaillé ensemble trois mois, tout marchait très bien. Et puis d’un seul coup la paranoïa s’est installée. C’est très étrange, ce qui s’est passé. »

  7. Pour info aussi MBK n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais philosophe. Il est est simplement prêt a tout et a n’importe quoi pour faire parler de lui, c’est tout.

  8. 9,5/20
    Votre copie doit faire preuve de plus de maturité. Comme déjà dit lors de votre précédente dissertation, merci d’éviter tous ces poncifs.
    Vous devez grandir un peu pour mettre à profit votre redoublement.
    Non admis en 1ère L.

  9. Mehdi Belhaj Kacem la coqueluche des Inrocks canal historique avant la merde en barre 24 carat de l’ère pigasse , Mehdi Belhaj Kacem c’est un literrateur ultra chiant et sans talent aucun , n’est pas Céline ou calaferte qui veux

    1. Entièrement d’accord, enfoncer des portes ouvertes est une chose, le faire avec classe et talent en est une autre.
      Et j’ajouterais : malgré les nombreux imposteurs, n’est pas Persévérance qui veut !

Répondre à abdoule ton fric ou t'z virz Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.