Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, place à Halo Maud, un projet aussi beau et improbable que Nabila découvrant la TV avec le Twin Peaks de Julee Cruise.

Si vous écumez les concerts indie, son (beau) visage ne vous est peut-être pas inconnu car jusque là, Maud Nadal avait le profil parfait du second rôle. Melody’s Echo Chamber, Moodoid et plus récemment Marietta ; à chaque fois elle se contentait d’arroser en deuxième ligne et l’histoire aurait pu s’arrêter là, telle que la vivent des dizaines de professionnels de l’accompagnement disposant d’un « album solo sur le feu qui ne devrait pas tarder à sortir » (en fait il ne sort jamais).

Oui mais sauf que, et contrairement à d’autres (qu’on ne nommera pas), Maud a des choses à dire et des mots à expulser. D’où la naissance d’un projet à soi, logiquement nommé Halo Maud, qui brille pour l’instant discrètement telle la lumière d’une croix verte de pharmacie dans la nuit. Deux titres en écoute pour l’instant, et à chaque fois l’impression d’entendre Isabelle Adjani dans une piscine à rêves. Accompagnée en live par l’inénarrable Ricky Hollywood, cette Française chante les Maud bleus (elle a écrit pour Christophe) et forcément, c’est grâce au travail de plombier de la Souterraine que la France devrait être conquise à l’horizon 2020 par cette voix sous hélium. Vivement conseillé aux fans d’Alice Lewis, mais aussi à ceux de Cléa Vincent (et pour cause, Halo Maud c’est mille fois mieux).

https://soundcloud.com/halo-maud
En concert au Point Ephémère le 28 juillet, à la Route du Rock le 14 aout.

  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.