Hey, comment ça va Paris la nuit ? « Oh, pas trop bien, j’ai plein d’enfants qui ont mis la clef sous la porte ». Tous ? Absolument pas. L’un d’entre eux, l’Espace B, a rouvert ses portes en mars dernier avec une longue fermeture administrative de 8 mois. Vince et Raphael, ses deux nouveaux programmateurs, fêtent cette résurrection du 20 au 22 février avec Espace Barré, un micro-festival rempli d’artistes maxi déviants qu’ils seraient bien dommage de rater. A moins, bien sûr, que tu ne préfères lire un énième article sur la fin des nuits parisiennes, tranquillement assis dans ton canapé.

Une vieille dame en déambulateur tournant sur elle-même. A lire la presse musicale française – ou ce qu’il en reste – la Capitale ressemblerait ces jours-ci à un vieux clubber après trois jours au festival Tomorrowland. Rincée, coincée par la gentrification, acculée par les autorités souhaitant délocaliser le bruit extra-muros: les exemples comme récemment avec la fermeture de Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen ne manquent pas. Ce constat, de nombreux médias l’ont résumé depuis une dizaine d’années, à tort ou à raison; parce qu’il est toujours plus facile de se lamenter sur la mort de lieux où l’on n’allait que rarement, au risque d’éclipser les vraies initiatives, qu’il s’agisse du lancement de Dehors Brut dans le 12ième arrondissement, ou de salles dites traditionnelles comme l’Espace B, qui a profité d’une fermeture administrative en 2018 pour finalement renaitre de ses cendres, au fin fond du 19ième arrondissement, en mars 2019.

Désormais à la tête de ce petit bateau, Vincent Cuny (dit « Vince ») et Raphaël Dumont (dit « Raph ») ont non seulement remis le moteur en marche en remettant le lieu aux normes règlementaires, mais sans oublier de rester en dehors des clous avec ce qui est aujourd’hui l’une des programmations les plus aventureuses et risquées intra-muros, pour peu que l’idée d’être coincé avec 50 à 100 amoureux des « musiques de niche » (un terme à définitivement bannir du vocabulaire des années 2020) ne vous donne pas des hauts-le-cœur.

Entre Paris, Bruxelles et un petit village de Galice, en Espagne, les deux ont décroché leurs combinés respectifs pour nous expliquer leur festival Espace Barré, un gros majeur de 3 jours avec la crème électronique composés de groupes bien fouettés (comme Leroy Se Meurt) et battus en neige avec quelques légendes comme Krikor et d’autres ingrédiens chelous comme Mamiedaragon ou Uj Bala. Espace B, comme Bonjour, on est de retour.

(C) Luc d’Avions

Vince, Raph, salut. ’Espace B a rouvert ses portes voilà presque un an. Pourquoi l’idée de ce festival « Espace Barré » est-elle si importante pour vous ?

Raph : Parce que cela fait justement presque un an que Vince et moi on a repris la programmation de l’Espace B, dans la continuité de ce qui se faisait avant, avec du rock, de l’indie, du punk, du garage, mais assez peu de choses électroniques et expérimentales. Ca nous tenait pourtant à cœur, donc on a voulu poser cet acte sous la forme d’un festival de 3 jours.

Vince : Février, ça nous a semblé être le bon moment pour lancer cet Espace Barré. On voit ça comme une fenêtre, comme un événement qui n’est pas que la réponse à des sollicitations de tourneurs pour caler des dates à l’Espace B. Pour avoir fait les relations presse de la Station sur ses 3 premières années d’existence, je peux dire que c’est vraiment important de réfléchir ses programmations avec des temps forts. Sans dire qu’ils aient été une influence, y’a quand même un peu de ça.

FERMETURE ADMINISTRATIVEC’est avec tristesse et frustration que nous vous annonçons que la Préfecture de Police a…

Gepostet von Espace B am Mittwoch, 25. Juli 2018

 

Rouvrir l’Espace B, ça a été compliqué ?

Raph : Au démarrage, oui. Le lieu a rouvert un peu du jour au lendemain avec 0 concerts de calés. Il a fallu remplir toute la programmation rapidement.

Vince : Et puis la réalité nous a vite rattrapé. La soirée de réouverture, c’était une soirée En Veux-Tu En Vla avec une centaine de personnes pour Fleuves Noirs, après que la préfecture de Paris ait finalement donné son feu vert. On a donc bénéficié de l’effet réouverture, et puis juste après on a programmé Spectres, le groupe anglais, et là bouillon : à peine 40 entrées. En gros, l’état de grâce aura duré deux soirées et on a vite compris qu’il allait falloir charbonné. Mais non, on ne peut pas dire qu’on ait perdu notre public pendant l’interruption ; je me souviens très bien du moment où l’on a communiqué sur la réouverture, c’était du jamais vu pour une annonce pareille.

Quand t'as 67 participants sur l'event et qu'en fait t'es des centaines de 19h à 5h du matin.Bravo aux artistes…

Gepostet von Espace B am Montag, 24. Juni 2019

 

Comment la programmation de Espace Barré a été concocté ?

Raph : Putain, je sais pas trop. On s’est complètement donné quartier libre.

Vince : C’est carrément anarchique, même, en terme d’esthétiques. Raph a ramené pas mal d’expé avec France Sauvage, Johann Mazé, Borja Flames, Chicaloyoh….. moi des choses plus directes, comme Coke Asian, Zohastre, Magrava, Mamiedaragon…. Et beaucoup de choix communs avec Krikor, Uj Bala….

On peut dire, sans vous froisser, que ce festival c’est l’alliage de plein de groupes qui, seuls, ne rempliraient pas l’Espace B ? Vous aviez envie de gueuler « va bien te faire enculé, remplissage » ?

Raph : Y’a certainement un peu de ça. On voulait fédérer toute une scène autour de cet événement, et puis ça rend les groupes curieux d’y être associé.

Vince : Et puis on verra bien pour les entrées. Là on fait les malins, mais c’est évidemment flippant de monter un festival. Chaque groupe fait un vrai effort financier pour que tout cela tienne, en tout cas.

Depuis plusieurs années, chaque journaliste musical y va de son article « Paris se meurt » à propos des nombreux lieux récemment fermés (La Mécanique Ondulatoire, la Miroiterie, Mains d’œuvres, les soirées Concrete, l’Espace B temporairement, etc). Sans vous faire l’offense de cette question sans intérêt, avez-vous noté une évolution chez le public qui vient à l’Espace B ? Il vieillit ou, à l’inverse, il change ?

Vince : Evidemment qu’on n’est pas d’accord avec tous ces papiers qui bavassent du « La nuit est en train de mourir », « le rock est en train de mourir », etc.

Raph : On nous sollicite vachement sur ce sujet, pour des interviews sur l’état de la nuit à Paris.

Vince : Pour revenir à ta vraie question, la moyenne d’âge est homogène. Et oui, le public a tendance à changer fonction des dates programmées. Mais la seule fois où l’on a significativement eu un public plus jeune, c’était sur une soirée en plein mois d’aout avec une soirée label (White Garden), des anciens de chez Cracki en mode auto-tune. Après, j’ai pas l’impression que les gens soient plus vieux quand on fait des soirées électroniques avant-gardistes…

“Le public parisien a fait un virage techno depuis quelques années”.

Raph : Et puis les historiques ont tendance à revenir dans le lieu parce qu’ils ont peut-être l’impression qu’on fait nous même revenir des groupes qui n’y passaient plus trop ces dernières années.

Vince : C’est notamment le cas pour ceux qui ont fait un virage vers la techno, on voit que les goûts du public mute depuis quelques années.

Bon et du coup, concrètement, l’Espace B n’a plus aucune épée de Damoclès au dessus de la tête ? C’est vraiment reparti là ?

Vince : De ce que je sais, oui. Mais la fermeture administrative couplée à la grève de décembre nous a frappé durement. Donc l’épée de Damoclès, elle est là : sur le manque à gagner sur cette période. Tu as vu ce papier de Télérama qui expliquait que les salles parisiennes n’avaient pas été touchées par l’absence de transports en commun ? Ca a été vrai pour à peu près toutes, sauf l’Espace B. Parce qu’un concert d’un groupe à 5 ou 8 balles que tu peux revoir tous les 8 mois, tu fais pas l’effort de te déplacer.

Raph : Et puis mine de rien, notre lieu est un peu enclavé par rapport aux autres. Mais tout ça pour dire que la pression juridique est complètement retombée.

Bon, il me reste une question : c’est la question A Nous Paris, logiquement adressée par un journaliste qui ne connaît rien à la programmation dont il parle. Est-ce que vous pourriez me parler chacun de votre coup de cœur parmi ceux qui joueront sur Espace barré ?

Vince : Pour moi, c’est Uj Bala. Le mec que j’attends le plus de voir, et qui nous avait déjà contacté par le passé sans qu’on le capte. Il qualifie sa musique de « acid fried techno funk » et c’est marrant et juste. C’est d’ailleurs le seul artiste qui prendra l’avion pour venir – et c’est un propos écologique qui me tient personnellement à cœur, en rebond à votre interview du programmateur de Vision. Et puis bon, Uj Bala jouera en pleine nuit ; et c’est toujours un peu spécial pour une date à l’Espace B.

Raph : Si je devais choisir, je dirais France Sauvage et Johann Mazé, parce que ce dernier joue dans les deux projets. Dont le sien, sur des batteries préparées et ultra primitives qui créent une polyrythmie assez incroyable. Quant à France Sauvage, ce sont des vieux briscards assez cultes qui ne jouent pas énormément à Paris ; leur dernière sortie c’était chez In Paradisum, une techno industrielle improvisée avec pas mal de bordel. Et puis, tu te doutes bien que dans cette programmation, tout nous plait.

Le festival Espace Barré de l’Espace B, c’est du 20 au 22 février avec 3 soirées bien déglinguos avec dans le désordre Krikor, France Sauvage, Borja Flames, MamieDaragon ou encore Plein Soleil. Toutes les infos ici.

 

12 commentaires

  1. 20 au 22 février ah zut je suis a paris que le week qui viens ,au faite mon cher Bester j’espere t’y croisé a boboland ,fais gaffe lol je monte aussi souvent a bruxelles pour des disquaires tours , c’est cool comme prog ,hier je me suis fais une réflexion à moi même et a mon jeune padawan a.b , serais je devenu trop vieux ou mes gouts sont devenu”si pointu” que même a la capitale boboland a chaque fois que j’y monte je n’ai aucun concert a me mettre sous la dent ,, zut c’est vraiment trop injuste je vais raté le festival

    1. CHER My Crap Better than Yours ?!? j’ai “trop d’ennemi ” sur boboland pour révéler sur la place public mon infinitaire disquaire etc . En matière de disquaire et de musique et de culture musicale je ne triche jamais ,une adresse parmis tant autre ,un disquaire de coeur (superfly records) j’ai beaucoup aimé aussi bimbo tower mais helas il n’existe plus , un indice je fréquente régulièrement 5 disquaire sur paris et trois sur bruxelles

      1. ouaowai, t’achete alors des skeuds avec Obi, du jz vsseux en redits ou plein pote en côte, des vieux 7″ @ 1 euros & la gueule pas gracieuse a la cash caisse, bon voyage!

Répondre à cluster Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares