PHILIP K. DICK
La trilogie divine selon Pacôme Thiellement

Peu d’auteurs ont vécu la contradiciton comme Philip K. Dick : auteur de science-fiction archi-culte aux intuitions visionnaires, capable de jouer sur les niveaux de réalités pour susciter une paranoïa inédite, et dont l’oeuvre influence souterrainement toute l’esthétique contemporaine, le natif de Chicago devenu inséparable du San Francisco mythique a pourtant toujours professé une religiosité dévote. A la fin de sa vie, il réconcilia ces deux tendances dans une œuvre étrange, aux accents pop et sacrés, trois romans connus aujourd’hui sous le nom de « Trilogie divine ». Pacôme Thiellement, éxégète des cultures populaires, en dévoile toute la beauté, et même un peu plus.
Lire l'Article

PACÔME THIELLEMENT
La séance d’Hip Gnose

Apocalypse, fin de l’Histoire et Révélation : 2012, la grande lessiveuse à majuscules. C’est le quatrième âge, celui où le taureau de la dharma ne tient plus que sur une patte. Quand j’ai rencontré Pacôme Thiellement, “Tous les chevaliers sauvages”, son nouveau livre sur le rire, était sur le point de paraître. Je ne l’avais pas lu. Mystique débutant obnubilé par “Lost”, j’avais trouvé un prophète à qui tirer la barbe pendant plus d’une heure afin d’exiger l’heure exacte de la fin du monde. Récit d’un martyr.
Lire l'Article