Connect
To Top

DELACAVE
Un pied dans la tombe

Une nouvelle idée pour « Solution suicide », la société de GONZAÏ que d’aucun ont peut-être déjà sollicitée : écouter le dernier LP de DELACAVE. Attention : cette suggestion ne signifie pas que la musique est si mauvaise qu’elle donne envie de mourir. Au contraire, le duo formé par Seb Normal et Lily Pourrie excelle dans le genre kraut-dark-post-no-wave enfin tu-vois-ce-que-je-veux-dire.

Une nouvelle idée pour « Solution suicide », la société de GONZAÏ que d’aucun ont peut-être déjà sollicitée : écouter le dernier LP de DELACAVE. Attention : cette suggestion ne signifie pas que la musique est si mauvaise qu’elle donne envie de mourir. Au contraire, le duo formé par Seb Normal et Lily Pourrie excelle dans le genre kraut-dark-post-no-wave enfin tu-vois-ce-que-je-veux-dire.

a2187613410_10Déjà, sur la pochette de leur premier album, posait un enfant en larmes, âgé d’environ 8 ans, la morve au nez sur un cliché en noir et blanc. Ambiance. Le dessin qui orne « Run straight to them and grunt », leur deuxième LP, représente une montagne de larmes surmontée d’un inquiétant sanglier. Quant aux titres des chansons, ils sont marqués par la traditionnelle sémantique du chaos, mettant ainsi en confiance n’importe quel freak normalement constitué : It is so gloomy,  Funeral party, The way of nothing… Ironiquement, Funeral Party est la plus gaie de toutes leurs compositions. Humour noir, bonsoir. Mais trêve d’analyse iconographique ou littéraire.

Delacave, c’est avant tout un son lourd, jalonné par des lignes de basses qui ont dû voir la mort se marrer. Lily Pourrie ne fait aucun effort pour chanter juste et on l’en remercie ; une pure voix venue de la no wave. Le clavier versatile de Seb Normal (aussi clavier des Feeling Of Love) enrobe les morceaux d’une aura décadente et délicieuse.

Le matin, c’est un peu rude. Même s’il fait soleil, oublie l’instant Ricoré. Seb et Lily ont les moyens de te ruiner le moral. Leur musique est aussi à éviter en bordure de quai de la ligne 13 (moment de grâce, où de nombreux usagers rêvent de faire le pas pour ne plus jamais renifler l’aisselle malodorante du voisin). Enregistré dans un grenier qu’on imagine sans lumière, Delacave poursuit une quête de néant en musique, ravissant tout tympan malsain et avide de son. « Run straight to them and grunt » est un disque de la mort, un vrai.

Delacave // Run straight to them and grunt // Autoproduit
http://sebnormal.bandcamp.com/releases

0002326974_10

4 Comments

  1. john merrick

    25 février 2014 at 20 h 29 min

    Seb Normal n’est pas clavier dans Feeling Of Love il joue de la batterie, c’est Seb Joly qui joue du clavier. Lisez donc les notes de pochettes !

  2. ALLAN MULLER

    18 mars 2014 at 0 h 08 min

    bravo John

  3. Pingback: ROCK À LA CASBAH #119 ::: Eagulls | Gonzai

  4. john mérule

    18 mai 2018 at 14 h 25 min

    Ah bah super… une bonne critique de merde sans intérêt et bourrée d’incohérences. Trop hype Nat…

Laisser un commentaire

A lire aussi