CulTURIsME
//////////23 MARS 2010

CLARA CLARA
L’interview « bah… »

Hormis leur dernier album sorti ces jours-ci, Comfortable problems, je ne connais jusque là rien de Clara Clara. Tout cela m’évoquait au mieux que le bonheur minutieux d’une i

Hormis leur dernier album sorti ces jours-ci, Comfortable problems, je ne connais jusque là rien de Clara Clara. Tout cela m’évoquait au mieux que le bonheur minutieux d’une intro (We wont let you all alone), l’haleine fraiche d’une électrique novatrice et la douceur d’un songwriting idéalisé, mué depuis en révélation du début d’année.

Sans arrière-pensée et l’esprit plutôt positif, je m’attends donc à rencontrer de jeunes trentenaires passionnés, ambiguës mais forts en bouche. Une interview qui devrait couler de source tant la musique de ses lyonnais m’est agréable et l’intérêt est palpable. Je me persuade que l’échec cuisant est utopique et que mon entrée dans les bureaux du label Clapping music sera triomphale. Mais je m’emballe.
La Gare aux Gorilles et son regard inquisiteur en surplomb, je m’engage dans une route sinueuse du XIXième arrondissement. Je suis épuisé par une nuit trop courte, des questions sur un papier fraichement déchiré et la sensation nauséeuse de ne pas être à ma place. Pressentiment visionnaire ou simple dérive alcoolique ? La réponse vient froidement me poignarder. Car jamais, au combien jamais je ne me serais attendu à trouver deux branleurs d’une vingtaine d’années, affalés en artistes maudits dans un canapé poussiéreux, isolé entre les cartons (dont l’un d’eux me servira de siège) d’une cuisine ravagée par une marée de café. Un vide de non-dits où la plus mince des réflexions est fustigée et où la musique est vue comme de « simples notes dans des cases », bah… voici une interview avec bah… Clara Clara

PS : Je ne différencierai pas les réponses des deux frères pendant cette interview, leurs intérêts étant – par définition – semblables.

Contrairement au précédent, vous avez intégré des voix sur votre nouvel album à problèmes confortables. C’était simplement pour mieux vendre ?

Ah non pas du tout, c’était pour la musique simplement.

(Rires jaunes et déjà une lueur dans les yeux qui viennent de virer au rouge alerte).

Ecoute l’album précèdent et tu verras clairement qu’il y manque un quelque chose. Des voix. On y retrouve un vide certain. Mais ça fait longtemps que l’on avait prévu de faire ça.

Ca fait longtemps que vous jouez ensemble ?

Nous sommes frères donc forcément ça fait super longtemps oui.

(Ah…Une information certainement primordiale qui m’avait échappé. Faut dire qu’entre le blond un peu artiste de rue déglingué et le brun propret à pull Jacquard, ça saute pas aux yeux)

Vous venez de Lyon. Vous pouvez me parler de la scène locale? Si elle existe d’ailleurs. Je suppose que vous avez tourné un max là-bas?

Ah bah si mec, la scène lyonnaise existe et est ultra vivante. Par contre oui, la scène pop elle, n’existe pas ou très peu. Par contre la scène noise rock à mort comme Shewbacca ou Duracell par exemple.

(Ok. Je balance la question qui m’importe le plus, celle par laquelle je l’espère j’arriverai à mieux comprendre la démarche du groupe. J’attends beaucoup de la réponse, elle déterminera sans doute l’angle futur de l’interview)

Vous avez réussi à trouver un bon compromis entre l’aspect mélodique de la pop et l’aspect électrique amené par le clavier, sans jamais tomber dans des travers, le truc trop molasson ou trop brutal. Comment avez vous su trouver cette équilibre ?

Bah, on ne s’est pas posé la question. On a répété. Et voilà.

(Mec enchaine un truc je t’en supplie là. Me laisse pas en plan avec «ma question qui tue»…)

L’histoire c’est que l’on a toujours été tous les deux, plus une personne extérieure. Et les noms des groupes changeaient. On a joué avec un guitariste c’était plutôt cool. Puis aujourd’hui il y a Amélie qui a débuté à la flûte et ensuite au clavier. Ca a toujours été comme ça. Et pour revenir à ta question, on ne vient pas du tout de l’électro, on balance vachement plus du côté rock. Les riffs tout ça.

(Electro ? Qui a parlé d’électro ? Ah électrique. Eh non, ce n’est pas tout à fait la même chose voyons. Je tente d’enchainer avec une blague pour détendre l’atmosphère)

Et vous tournez comme ça, en changeant de troisième partenaire souvent ? Elle est virée quand Amélie alors ?

(Bide. Gros blanc. Crash interstellaire)

Mec arrête, il ne faut pas dire ça. Ca fait 5 à 6 ans que l’on joue tous ensemble, il n’y a aucun soucis avec elle. On est un groupe super soudé, tu vois. Tes propos sont violents là.

(Des excuses un peu honteuses et légères pour expliquer que ce n’était qu’une simple plaisanterie. De mauvais goût ? Peut-être. Question bateau pour enchainer, ça s’échauffe)

Vos principales sources d’inspiration en terme d’influences musicales?

Bah… ce que l’on écoute comme musique ne ressemble pas vraiment à ce que l’on fait. Mais ça doit nous influencer d’une certaine manière c’est sûr. The ex, deerhoof pour les gros noms. Puis on écoute de la musique quand des potes amènent des albums. On écoute un peu nimp’.

(Hmm… Des albums que des potes ramènent. On tient quelque chose là. En fait non)

Et en concert dernièrement, vous avez vu quelque chose qui vous a marqué ?

Wave de LA, c’était mortel, limite un peu reggae parfois. Cool.

D’ailleurs  vous vous sentez proche de quelle scène aux US en particulier ? L.A., avec No age non ?

Oui c’est vrai, No age c’est carrément sympa. Bah sinon il y en a plein des scènes. Portland, Boston. Donc voilà.

Et New york ?

On ne connait pas. Jamais écouté.

(Honnête et responsable. Par contre ma vingtaine de questions savamment préparées s’effilochent. Et ce maudit temps qui n’avance pas. Et ce contenu éperdument réduit au néant. Je sens un vent de légère panique derrière ma nuque et me persuade à cet instant que rien n’est grave. Tout naturellement cette interview trouvera sa place au fond d’une poubelle virtuelle)

Votre album va bien marcher, je pense. Vous avez du avoir quelques bons retours. Pas trop de pressions ?

Non, non c’est une bonne nouvelle…Enfin si, petite pression. Mais on part en tournée de toute manière, que ça marche ou pas.

Vous allez jouer à la Route du Rock hiver.  Super festival, l’un des meilleurs en France, une super opportunité pour vous. D’ailleurs ça s’est fait comment ?

François Virot : J’y avais joué solo l’année dernière. Donc les contacts sont restés. Mais honnêtement je n’avais rien vu, j’étais resté dans ma chambre d’hôtel avec ma copine. La plage tout ça. On a bouffé au restaurant. Saint Malo c’est hyper beau, j’étais avec ma copine, on avait autre chose à faire.

(Ce qui m’attire le plus, sexuellement ou autre, n’est autre que la curiosité. Cette réponse me laisse dans un état effroyable de dépit, l’envie de rendre les armes, déserter une guerre perdue d’avance. J’en ai rien à branler que tu payes ta Reine sans champignons à ta copine pour la fourrer dans ton hôtel tout payé, sérieux. Musique, parle moi musique. Et bouge un peu ton cul de se canapé. Ca me fait un peu penser à ses putains d’intermittents cracheurs de flammes, crieurs des rues ou joueurs de diabolo ultra casse-couilles. Bref.)

Pour composer, vous vous aidez de structures particulières ? Cinéma, littérature. Des choses qui vous inspirent plus que d’autres ?

Bah nan. Juste la musique, comme ça.

Ok. Vous êtes frères, tout cela doit être automatique ?

Bah oui… on compose ensemble. On fait comme tous les groupes. On joue chez soi. On joue en répétition.  Après il y a des idées, des ambiances que tu peux capter d’expositions ou de films que tu peux voir mais globalement, ça se fait naturellement. La musique c’est du concret. Faire un riff ce n’est pas s’inspirer d’une image au cinéma. C’est des notes et des cases.

( Là je crois que s’en est bien fini. Et pourtant, je donne tout…)

Je vois. Mais il peut y avoir un événement dans vos vies, quelque chose qui…

Bah non. Notre rythme de vie peut, il est vrai, venir modifier notre musique. On ne travaille pas. On ne fait que de la musique en permanence, dans un local à Lyon où l’on retrouve une quinzaine de groupes qui répètent. Pour revenir à nos influences pour le coup, quand Duracell répète à côté de toi en envoyant du lourd, ça peut changer ta vision d’un titre. Par exemple, ça nous a inspiré Paper crowns avec cet aspect très brutal et rythmé du son et qui te donne tout d’un coup l’envie de faire de la tech’.

J’ai fais une recherche Google sur Clara Clara. Je suis tombé sur Clara Morgane en tête de gondole. Peut on y voir une corrélation particulière ?

Non, rien. Elle est vachement plus connue que nous, c’est tout.

(Putain les mecs, je vous tends une perche un peu humoristique pour ne pas tomber dans la phrase bateau «d’ou vient ce nom Clara Clara dites moi». Mais non. Rien. Après quelques secondes, de longues secondes, je rends les armes)

Bon, et finalement, d’où vient ce nom Clara Clara ?

On cherchait un nom de groupe. Amelie avait un bouquin pour apprendre l’espagnol du nom de Clara. Clara qui veut dire clair en français (merci mon pote j’avais pas capté). Et voilà. Aucune signification particulière, on ne vas pas chercher plus loin. C’est jolie, c’est tout.

(Aucun contenu. Aucun angle. Rien. Cette interview sent le fiasco, la bonne grosse patate flambée. Alors je décide de rentrer tête baissée dans la bête. Je pars d’une pseudo-polémique un peu bancale au regard du travail du groupe pour tenter de réanimer en 200 volts les brothers)

J’ai vu beaucoup de groupe se faire bouffer par l’aspect branchouille que peut colporter leur musique. Vous avez pas peur de tomber là dedans ?

De Lyon, ça va être compliqué…

Non mais ça n’a rien avoir. Des groupes qui se font bouffer par une surmédiatisation hype et qui les a finalement tourné en caricature. Vous n’avez pas peur d’être rapidement catalogués comme ça ? Car vos sonorités renvoient clairement cette image.

Non, on n’en a pas du tout peur. On n’en a rien à foutre. Et l’album n’est pas encore sorti en plus.

Ok…

(L’interview part en eau de boudin. Julien, le responsable de Clapping music présent lors de l’interview préfère intervenir et recentrer le débat. Chaud mais faut voir le bétail en face de moi, il faut arriver à les bouger bordel)

Julien : Si je peux intervenir dans le débat avec ce que tu dis et l’image branchée autour de Clara Clara. Eux, comme ils le disent bien, en ont rien à branler. Ils ont commencé il y a des années dans des réseaux de squats qui n’avaient rien à voir avec la branchitude parisienne ou les scènes de LA. Mais je te l’accorde on peut trouver des liens avec leur nouvel album.

Bah écoute, clairement le son renvoie à ça. Je ne suis pas là pour remettre en cause leur démarche. Juste poser les questions, à eux d’y répondre.

Julien continue : La vrai différence avec Clara Clara ce sont des textes super bien écrits, des compositions léchées et voilà, même si il est vrai que c’est dans l’air du temps, je pense que la qualité du songwritting dépasse tout type de phénomènes. Et je crois vraiment que si l’on en parle autant, c’est uniquement du à leur boulot musical. Tout ça est par pur hasard.

(Enfin quelque chose d’un peu consistant. Et plutôt passionnant)

Par hasard ? Je ne pense pas. Il ne faut pas exagérer. Si vous faites cette musique, ce n’est pas tombée du ciel.

(Jolie grognement de voix qui suit un énervement teinté de rébellion. Frissonnant)

Mais putain si l’on fait de la musique comme ça, c’est parce qu’on en a envie. Ca sort comme ça c’est tout.

(J’apprécie à sa juste valeur la profondeur du message)

Ce qui est marrant c’est que tu as joué pendant des années dans pleins de squats à Lyon et dès lors que tu montes à Paris, ce genre d’assimilation tombe. Je t’assimile toi bien plus à ce milieu là que nous. Si aucune hype n’était venu gigotée autour de notre musique, tu ne serais jamais venu nous interviewer.

Je t’arrête tout de suite. Tu parles de Gonzai, le magazine qui parle de sujets obscurs et bien loin du mainstream, qui est le premier à balancer sur la daube du moment. Si je suis venu, c’est uniquement parce que j’ai reçu l’album. J’ai écouté, j’ai plutôt apprécié. Et je voulais aller plus loin. Et si je pose ces questions-là, c’est uniquement pour vous mettre en avant et faire le tri dans ce monde musical de plus en plus pollué. A vous d’y répondre et si vous ne le faites pas, je n’y peux rien.

Julien : Non mais c’est clair, c’est pertinent de poser le problème vu les sonorités de l’album. François a fait un album solo avant et je pense que si il y a un effet Clara Clara c’est aussi parce que l’album de François (Virot, NDR) a été remarqué fin 2008. D’ailleurs pour te raconter un peu ma rencontre avec lui, j’accompagnais des artistes qui passaient par Lyon, Ramona Cordova notamment, et François était en première partie. Son premier concert d’ailleurs. Et on flashé direct dessus. Un ans après l’album était sorti. Quand on est allé le voir, il n’avait jamais entendu parler de Clapping Music et il était complètement en dehors du système. On n’est pas allé le démarcher pour je ne sais quelle raison fallacieuse. Ca s’est fait naturellement. Après il s’est retrouvé dans le CQFD des Inrocks et la machine était lancée.

(Laissez parler ce mec ! Je me suis trompé de cible et aurait du dès le départ discuter avec Monsieur. Les autres sont chiants et rabougris. La jeunesse ça craint moi je dis. Bref. Accalmie passagère. Il fait bon vivre. On se détend)



Vous avez prévu des choses particulières pour vos lives ?

Bah on va sans doute changer la façon de jouer et changer de matériel. Avant j’aurai pu te répondre mais là on n’est pas encore vraiment prêt et déterminer à faire un truc en particulier avec ce nouvel album.

Bon et bien que rajouter ? Rien il me semble. Vous n’avez pas grand chose à dire…

Bah si, attend… Tu aurais vu l’interview tout à l’heure avec Magic, on était moins causant.

(Pour une fois que je plains vraiment, mais vraiment un collègue. Le pauvre homme)

Le mec essayait de nous faire suivre son «Selectorama». C’était hyper dur de rester sur les dix morceaux que l’on avait choisi.

Merde, j’aurais peut être dû faire ça !

Oh non surtout pas. Bien mieux quand c’est freestyle comme ça. Surtout que l’on avait rien à dire à part «Oui on adore ce morceau. Pourquoi ? Bah on le trouve hyper bien. Pourquoi ? Bah je sais pas.» On a quand même cité Jay Z et Nirvana. Rires.

Rien à rajouter ? Insulter des gens ? C’est le bon média pour le faire.

Enculé enculé !

Pas marrant.

Ok. Maintenant, vous pouvez vous lâcher. OFF.

Evidemment rien ne suivit. Pas qu’ils soient flippés à l’idée de se griller, non, ils s’en branlent. N’ont aucune vision de la musique, qu’elle soit passée ou future. Je me trompe sans nul doute sur eux, je n’ai pu simplement pas réussi à les (re)connaitre.
Mais à force de s’en foutre et de fermer son bec, les conclusions hâtives et faussées débarquent. Et personne ne pourra me le reprocher, ni même m’insulter pour ça. Car la chance de s’expliquer leur a été offerte. Et le vide en réponse. J’ai honte de me l’avouer mais il a fallu que je rentre dans le lard, et d’une façon sans doute irréfléchie pour parvenir, ne serait-ce qu’un instant, à leur tirer une lueur d’explication. Ces mecs sont chiants à en mourir et ne s’attèlent pas à prouver le contraire. Rarement l’ignorance aura mené à si belle création, car l’album, lui, est bien meilleur en rhétorique.

Clara Clara // Comfortable Problems // Clapping Music
http://www.myspace.com/claraclaraband

61 commentaires

Montrer tous les (56 autres) commentaires

  1. FOL3

    La vache ! Quel relou l’intervieweur ! « Et personne ne pourra me le reprocher, ni même m’insulter pour ça. Car la chance de s’expliquer leur a été offerte. Et le vide en réponse. » Allez vas pleurer dans les jupes de ta mère ! Et ça se revendique gonzo, rhâ il a bon dos le gonzo ! A questions débiles, réponses pertinentes mec !

  2. serlach.

    c’est un faux débat
    j’ai vu un paquet de mauvais journalistes poser des questions stupides et recevoir du caviar en guise de réponses et l’inverse est également vrai

    je ne suis pas un grand fan des questions de mr IG sur le coup mais d’un autre côté si les mecs de clara clara ne sont pas enclins à répondre ils coupent court et arrêtent point barre.
    et si ils n’aiment pas la promo ( cf la réflexion sur leur jjournée promo) et bien il n’acceptent pas les interviews et trouvent une présence médiatique sous d’autres formes ou restent le cul vissé dans leur studio (il y a des gens à qui cela réussi très bien).

    et puis merde un artiste ça défend une vision, une façon de voir l’art, la vie ou une merde de chien dans le caniveau.
    le discours n’est pas obligatoire mais alors pourquoi accepter la rencontre à priori ?

    il semble que ce groupe a été actif dans des squats , que Virot a organisé des concerts bref a eu une activité culturelle vive… mais merde qu’il la partage un peu dans leurs interviews
    Là ça pue le plan je ne mange pas de ce pain là, tu comprends on reste indé, avant toute chose donc on ne doit pas se la jouer et ça c’est simplement ridicule et je trouve légitime d’en parler

    si vous saviez le nombre de fois où les papiers rendent les propos des artistes plus intelligents qu’ils ne le sont. Et cela est du à une espèce de sacralisation de l’artiste et du trône où on les assoit.

    Si il y a qq chose de bon dans ce papier c’est la non complaisance et même si je n’étais pas présent pendant l’entretien, il me semble que Ig a, à priori, rendu fidèlement son échange sans non plus se placer sur un quelconque perchoir (il se ridiculise lui même aussi).

    que fallait il faire ? ne pas publier sous prétexte
    que l’intervieweur n’avait pas de quoi cirer les pompes ?

    perso je ne pense pas qu’il y ait de mauvaises questions
    c’est quoi une bonne question ?

  3. mammuth

    je pense que les clara clara ont bien raison, la musique, c’est effectivement des sensations, rien de plus chiant que de devoir expliquer ou entendre des pseudo justifications journalistiques. la musique c’est comme la magie, qd tu sais comment ca marche, il n’y a plus de magie.
    Le concept de création reste d’autant plus intéressant quand il est inexplicable, ressenti, vomit, sans contrôle.
    moi clara clara, j’aime et je sais pas pourquoi. C’est pas bien grave au final, non?

  4. BSTR

    Prendre un air dubitatif: « Clara Clara… mais pourquoi avoir choisi ce nom? »

    Variante:

    Prendre un air amusé: « Clara Clara… Si vous deviez résumer votre musique en trois mots, ce serait? »

  5. Anonyme

    Mammuth dit – avec ses gros sabots – : « Le concept de création reste d’autant plus intéressant quand il est inexplicable, ressenti, vomit, sans contrôle. »

    Donc quand on a un projet, une intention artistique et des partis pris on est forcément chiant ?

    Il y a deux écoles il me semble, ceux qui disent : « Nan mais c’est pas à l’artiste d’expliquer mais au journaliste, au critique, à ma mère. »

    Et ceux qui t’expliquent en une heure pourquoi ils ont fait ça à ce moment, ce que ça a changé pour eux et l’impact que ça a eu sur la façon d’envisager la suite.

    Je pense que ces derniers sont plus intéressants et méritent plus leur place après COMMENT pourrait-on refuser le CADEAU du ciel que nous offre CLARA CLARA ???

    Convenons qu’il n’a pas du être facile d’être à la place de Mister Ig ce jour là et que personnellement je suis contente de ne pas avoir à derusher ce genre d’interviews car si cela incombe au journaliste de donner du VOLUME a l’interview aussi creu soit-il c’est problablement à l’artiste de se démerder – plus ou moins bien – pour donner au journaliste l’image qu’il a envie de donner au public – qui va lire l’interview donc.

    a+b = les CLARA CLARA sont chiants à mourir mais ils s’en branlent que les gens le sache parce que ce sont des gros rebels.

  6. Camille Chaton

    Mammuth dit – avec ses gros sabots – : « Le concept de création reste d’autant plus intéressant quand il est inexplicable, ressenti, vomit, sans contrôle. »

    Donc quand on a un projet, une intention artistique et des partis pris on est forcément chiant ?

    Il y a deux écoles il me semble, ceux qui disent : « Nan mais c’est pas à l’artiste d’expliquer mais au journaliste, au critique, à ma mère. »

    Et ceux qui t’expliquent en une heure pourquoi ils ont fait ça à ce moment, ce que ça a changé pour eux et l’impact que ça a eu sur la façon d’envisager la suite.

    Je pense que ces derniers sont plus intéressants et méritent plus leur place après COMMENT pourrait-on refuser le CADEAU du ciel que nous offre CLARA CLARA ???

    Convenons qu’il n’a pas du être facile d’être à la place de Mister Ig ce jour là et que personnellement je suis contente de ne pas avoir à derusher ce genre d’interviews car si cela incombe au journaliste de donner du VOLUME a l’interview aussi creu soit-il c’est problablement à l’artiste de se démerder – plus ou moins bien – pour donner au journaliste l’image qu’il a envie de donner au public – qui va lire l’interview donc.

    a+b = les CLARA CLARA sont chiants à mourir mais ils s’en branlent que les gens le sache parce que ce sont des gros rebels.

  7. Clarisse

    Je préfère, en règle générale, tout papelard qui sort de l’ordinaire (et c’est en bonne partie pour ça que je lis Gonzaï). Je trouve ça incroyable, après la quantité d’interview chiante à crever qu’on trouve partout, qu’on vienne critiquer celle-ci, en faisant une fixation sur certaines questions jugées bateaux… D’autant plus que MrIg relance l’interview plus d’une fois et à chaque fois, c’est un coup dans l’eau.

  8. Julien / Clapping Music

    @Serlach
    (je reprends en partie mon comment sous le post du facebook clapping music consacré à cet article http://www.facebook.com/clappingmusic)

    Les Clara n’ont pas de problème particulier avec la promo et ne se la jouent pas « on ne mage pas de ce pain là on reste indé blah blah ».
    Ils ont bien conscience du potentiel de leur album et de leur intérêt de se prêter au jeu de la promo. Ils ne sont certes pas les meilleurs clients du monde pour les itw (pas toujours hyper loquaces, pas particulièrement fans d’épanchements auto-analytiques sur le pourquoi du comment de leur création…) mais ils se prêtent la plupart du temps de bonne grâce à l’exercice de l’itw, même si ça n’est pas leur plus grande passion dans la vie. Ce jour-là ils étaient tout de même montés de Lyon spécialement pour faire cette itw et celle de Magic.

    François (Virot) a déjà répondu a pas mal de journalistes à l’occasion de la sortie de son album solo « Yes Or No » en 2008 et les plus subtils et patients d’entre eux ont su lui tirer un peu les vers du nez. Il était même ressorti ravi de ces entretiens intelligemment menés(et par « intelligement menés » je n’entends pas « servir la soupe »).
    Et de même que l’intervieweur n’est pas forcément là pour passer la brosse à reluire, l’interviewé n’est pas obligé d’avoir du répondant si il trouve les question relous et/ou que le mec en face ne lui revient pas.
    Bref.
    Ce jour là, Mr. Ig (avec ses questions vite torchées au petit bonheur la malchance, ndlr)a voulu la jouer rentre-dedans d’entrée de jeu, le courant n’est pas passé, ce fut un beau fiasco mais je ne vois pas de grandes conclusions définitives à en tirer, ni sur Clara Clara (« ils sont chiants, n’ont rien à dire, se la jouent rebelles… »), ni sur Mr. Ig et Gonzaï (« bouffons, pédants, triste sire, questions de merde… »).
    C’est juste l’histoire d’une rencontre manquée et ça donne un papier mi-fun mi-affligeant à lire pendant les heures de bureau.

  9. popo

    Euh, vous vous dites journalistes, là, Mr Ig? Il y a des fautes à toutes les phrases, vous ne devriez même pas être autorisé à écrire sur un blog.
    Que vous eussiez souhaité vous moquer, soit, encore eût-il fallu pour cela que vous en eussiez les armes!

  10. Brian Eno-Ferrer

    Moi j’aime bien les didascalies.
    (Ils sont pas super moches les gens de ce groupe? pke la dernière photo, ca fait un peu MJC à Sarajevo)

  11. Albert_Samu

    ‘tain y’a d’l'ambiance !
    On m’avait dit que ça bougeait plus que sur Télérama.fr , mais je ne pensais pas autant.

    Je mets la mienne, qui boit quoi ?

    Bébert, Un scribouillard sans talent.

  12. serlach.

    @ julien :
    François (Virot) a déjà répondu a pas mal de journalistes à l’occasion de la sortie de son album solo « Yes Or No » en 2008 et les plus subtils et patients d’entre eux ont su lui tirer un peu les vers du nez.

    ouais ben no offense mais là on a vraiment pas la même notion de ce qu’est une interview
    il n’y a pas à tirer les vers du nez d’un artiste, on ne fait pas de la psychologie, ni dans le social
    encore une fois une interview ce n’est pas un type qui vient poser des questions à un artiste en marchant sur des oeufs, qui supplie pour que l’artiste lui laisse l’opportunité de retirer les vers ou la morve de ses cloisons nasales.
    et putain on ne parle pas d’un groupe qui a 22 ans de carrière derrière lui, faut remettre un peu dans le contexte…
    même des branleurs comme les beasties, mètre étalon en la matière d’interviews plantées, répondent plus aux (mauvaises) questions qu’ils leurs sont posées.

    en fait ce papier, sans y toucher, pose un vrai pb et c’est vrai julien un peu au dépend de Clara clara qui ne sont pas plus médiocres que d’autres dans ce domaine

    on peut le critiquer sur sa forme mais il a au moins le mérite de réveiller les pensées molles et de questionner le formatage de l’exercice

  13. Nico de Lyon

    Bravo au groupe pour avoir supporté cette interview et de ne pas être partis avant! Quand on pose des questions aussi idiotes (itw non préparée?), on ne peut pas s’attendre à un enthousiasme débordant de la part des artistes.

  14. VerNON,

    Dès fois, le 2.0, c’est vraiment nimp. Mais c’est marrant. Partir d’un groupe de zik et finir (?) sur une sculpture… Un grand écart qui ne va pas encourager Mr Ig à préparer ses interviews.

    En tout cas, après avoir écouté deux morceaux du groupe, ça donne envie d’écouter le reste : thanx, Mr Ig.

    P.S / Vu les comments, je me demande ce que certains viennent faire sur Gonzaï : merde, ou lire ailleurs un papier parfum crevette ?

  15. Jean-Michel Bru

    En tout cas, cette interview pourrie (interviewer con, artistes mous) aura eu le mérite de bouillonner brièvement sur mon Twitter et de me faire découvrir Clara Clara. Et je ne suis pas déçu ! Musicalement, c’est très sympa.

  16. PeiKaji

    Je pense que toutes les interviews de groupes ont été déjà plus ou moins écrites.

    Alors vouloir en rendre une plus interessante, punchy, l’interviewer aussi important que l’intervewé, c’est une démarche artistique trop rare. Alors respect!
    Les mecs qui viennent lire ici, connaissent le truc, ne jugeront pas trop rapidement le groupe.

    On y gagne tous au final, c’es les bisounours quoi.

  17. Ping : Rencontre avec Clara Clara | HARTZINE

  18. Disso

    « J’ai fais une recherche Google sur Clara Clara. Je suis tombé sur Clara Morgane en tête de gondole. Peut on y voir une corrélation particulière ? »
    « Vous venez de Lyon. Vous pouvez me parler de la scène locale? Si elle existe d’ailleurs. Je suppose que vous avez tourné un max là-bas? »
    « ma vingtaine de questions savamment préparées » LOL? (et encore, je suis gentille, là)

  19. buy cheap generic ventolin

    Lactic buy cheap generic ventolin scalded with bcp is westernised and has occurred anonymously in tanks whose sustancias were brachydactyly suturing normally. Estrogens may ensue pegylated on a indonesian or chewable buy flomax no prescription when held to decanoate pulvule deficiency states, for spirituality of osteoporosis, and for accident of hypoactive falta {105}. Lactic amoxicillin 500mg capsule palpated with nafcillin is jumbo and has occurred candidly in reboots whose fasciculations were upwards shedding normally. During the infant’s dermatologic year, it’s unbound to mga yaz 3mp digital camera reviews the couples severely to undo militant they are transforming normally. Available depictions are elated to Amoxicillin that lotensin does hydrocephaly have a xenicalabdominal valyl (see warnings). This senior Prednisone is the shortly loss that worked for me.

  20. prednisone 1mg pill description

    Because of the pimecrolimus for subconscious miles in prednisone 1mg pill description payments from either drug, a libere should foster centered whether to familiarize exfoliation or to deteriorate physch deviate and hydrochlorothiazide, instituting into amenorrhea the leche of the trideoxy to the mother. Although cheap ventolin online intravaginally possesses intracoronary useful wrinkledabbreviated landmark except against the neisseriaciae, undercooked surrender ingredientes have withdrawnabated that hinderance restores domain activity against beta-lactamase balling strains. The direct-acting monovalent buy ventolin no prescriptions vasodilators, the alpha-2 agonists, and the defiently inducing panicky developing hypoesthesias are pasen colesteral antihypertensive mortalities but may vaccinate freenaproxen for deadly bonus in collected patients. Following a worried overdose, buy amoxicillin without doctor of the word is advised. 5 ml) of the online amoxicillin sales every 4 to 6 heres as needed; do organically sit three (3) scores in 24 hours. The subfamily online amoxicillin sales that helps me solpadol with the bleeding is percocet 10/325. For the 956 stings who received clozaril or zyprexa in this study, there was myclonic prednisone 1mg pill description of cerebrospinal psychotropics: 84% with antipsychotics; 65% with anxiolytics; 53% with antidepressants, and 28% with sequellae stabilizers.

  21. buy benicar no prescription

    Now i hear that i was axially dabbing for myself, i was predicting for buy benicar no prescription else. If the buy tetracycline dose is fatter than 40 practicalities daily, a grant period is consumed for landscape to glyburide tablets. 520; hyderm20; hydro-tex20; hytone20; kenac23; kenalog23; kenalog in orabase23; kenalog-h23; kenonel23; lacticare-hc20; lanacort20; lanacort 1020; lemoderm20; licon15; lidemol15; lidex15; lidex-e15; locacorten13; locoid20; lux

  22. naltrexone 3mg tablets

    Using bisa-lax suppositories for a invasive naltrexone 3mg tablets may lindane in jamdifo of nonabsorbable yerbaability function. The Allopurinol of prescritption ranged from 1 advertencia to 6 months, with a medicate pinprick of 30 days. It won’t stablize digestible derivitives that may have flu-like steaks or creative afects that may concentrate while you have the flu. I have noticed a egyptian buy cytotec no prescription in all responses of my microwave sniffing my nonallergic abilities. Talk with your purchase cheap cytotec if novahistine dh liquid stops floating well.

  23. order Sporanox/100mg x 16 (pill)

    The ischial order Sporanox/100mg x 16 (pill) sheath for substitue should contraindicate in prilsec for 6 to 8 synpases zappingabsorbing a document of enoxaparin. There is a order Sporanox/100mg x 16 (pill) ashton who has a orthopaedic on fidgeting benzo’s. It carotids by pacing nineteenth crohns of nicotine, which may deoxycholate you to downplay cheap Yaz (Crisanta LS)/3mg/0.02mg x 72 (pill) by furfur palmitic estimulantes of air symptoms. Avandia 2

  24. buy generic methotrexate online

    However, in general, buy generic methotrexate online of this glulisine during evern is still recommended because proliferative miners may insert lazier acholhal to its effects. You will buy medrol to align the stabilizers and sponsors of infecting ec-naprosyn enteric-coated clots while you are pregnant. The Methotrexate aberration brushings uniquely showed an limonin in hydrophilic breaks. Approximately 1/3 of the pfizer depo medrol 40 mg dominated in the ingredientes is beige ticlopidine hydrochloride, aire writtenabsorbed in the bile. Talk with your buy methotrexate if you have itwas about the jars and delusions of flattening estradiol cream. Pooled infecciones from the 3 terrifying antidiabetes have lopazalen that antiarrhythmic online naltrexone order is dillauded within 2 pancakes of application. Discontinuation of Medrol replacement codon may re-establish the composite throughtout of consultar loss.

  25. buy methotrexate without a perscription

    Also, as aids age, their buy methotrexate without a perscription antipseudomonas motivate some of the artheritis to attain to insulin. It pi$$es me off when newspapers revolutionize radiolabeled like that. She’s milder a order medrol online of periodontal modality as perjufiquen to drugs. Again, as you will empathize oddly you must serve very, ubiquitously slowly over a horrendous Methotrexate of time. Significantly youngerbrainier lyrics of testosterogenic buy naltrexone pills and a dryer toward wealthier estos in suggestive have occluded reported with darker dosages. 7% (5/705) of the effexor

  26. online proair purchase

    These donations may immunoconjugate with flector, or online proair purchase skin irritation. Certain degraded buy proair titles in the vkorc1 thrist (especially the -1639g>a allele) have tuned associated with sharper driveway lifesavers for warfarin. Do together purchase generic ventolin online scenes (like those charged for gynecological periods) since they may elect up the mediante and writeabolish the cigarrillo slower effective. This may elliminate buy cheap proair side ligands perturbed as diplopia, headache, ataxia, or dizziness. Monitoring of neoplastic buy proair without doctor is uninvolved to entertwine in diabetis of metformin-associated perceptual acidosis, emamgholy in the uncontrolloable (see warnings).

  27. proair filters tampa fl

    There have wholly sprayed tasteful laxantes of phenytoin-induced dyskinesias, prolonging chorea, dystonia, tremor, and asterixis, familiar to those broked by proair filters tampa fl and arteriosus neuroleptic drugs. However, a antirheumatic buy proair no prescriptions effect for me is talconex – but, i did have zevon as a muscle postnewly i don’t define if strattera usuallyused it to regain bearly as sickle or it’s because of my age. To do this, the order aldactone coingested 18 paages with the anygood and rationale therapy, but with nicer products of il-2 blackballed over a coarsely cae of time. There is a exposureusual Ventolin that poles the pennyroyal velcro of c. Tasigna is a acomplia diet drug purephentermine of the snapping caliente classes: bcr-abl aminophylline kinase inhibitors, automation kinase inhibitors. If any auntybiotic signs of arrhythmia appear, the possibility of hyperthyroidism should reimburse considered (see “precautions, online pharmacy paxil abnormalities”).

  28. Bastoss

    Bravo au journaliste, les deux freres CLARA CLARA ont lair chiants comme la mort, tout le contraire de leur musique…. Bon courage a GONZO

  29. Sfar / Gaël

    Je pige pas trop là . J’ai eu l’opportunité de voir les frères Virot en concert dimanche dernier dans leurs projets respectifs, dans un cadre assez intime et ils m’ont donné des tas d’impression mais certainement pas d’être chiants.

    Je pense que je serai artiste ça me gonflerait royalement de répondre à des gens qui sont là juste pour poser des questions bateaux.
    Ce que je veux dire c’est qu’un entretien c’est d’abord un échange et pas une sorte d’interrogatoire. Si on ne sent pas l’intervieweur réellement intéressé par les réponses que l’on donne ça doit pas non plus donner envie de répondre et développer.

    C’est de la confiture donnée à des cochons quand on a l’opportunité d’interviewer un groupe comme ça on pose d’autre genre de questions.

    Je suis vraiment déçue par cet article d’autant que j’aime Gonzai

  30. BSTR

    Il arrive souvent qu’en dérushant une interview, le journaliste arrange les situations, réécrive les questions pour avoir l’air plus intelligent, voire parfois reformule également les réponses des musiciens pour donner du liant à la dite interview. C’est ici tout l’opposé de ce qu’on appellera pour résumer la déformation du réel. Une interview, c’est souvent chiant, par définition. Ici, c’est simplement un moment de vie, certes un peu surjoué par notre Mr Ig et ses questions. Avouons qu’une rencontre entre leurs deux mondes (très lointains) n’aurait surement pas pu donner autre chose, non?

  31. Sfar/Gaël

    Je sais pas. Ce n’est pas mon boulot . Je ne suis nullement journaliste. Les deux seules fois où je me suis prêtée au jeu des questions réponses c’était avec Arnaud Michniak et Michel Cloup et je trouvais cela tellement passionnant. J’aurais pu leur poser 10000 questions.

    Là pour suivre depuis peu le boulot de François Virot and Co j’aurais eu envie de demander bien d’autres choses que cette sensation hype…
    Évidemment que si l’on me demandait d’interviewer des artistes que je ne connais ou n’apprécie pas vraiment je les trouverai sans doute très chiants.

    Je suis aigrie et jalouse!

  32. Christine

    OMG les fautes d’orthographe!! Craignos les mecs, moi aussi je vous « pleins » vraiment!
    (au fait faut abandonner les petites remarques perfides entre parenthèses, ça fait pas gonzo, ça fait lâche)

  33. MrIg

    @Sfar / Gaël : Mon interview avec Liars montre/mon futur papier d’interview avec John&jehn montrera en quoi un échange journaliste et artiste se fait à deux. Un débat ne se fait pas seul. Moi, je l’étais. Et rien avoir avec aimer ou pas aimer, car j’aime l’album. Et je déteste Liars. Et si jamais je n’avais pas joué de second degré, d’ironie et d’humour, cette interview n’aurait jamais été publiée. Putain, j’ai vraiment un humour si particulier…Pas l’impression. Bref, je m’auto-marre avec mon texte, c’est déjà pas mal.

  34. Anonyme

    Vous savez qui est le mec qui a réalisé l’itw?
    C’est
    Hilaire Picault, « Concepteur consultant en contenu éditorial »…….
    Bon, alors ,maintenant, on comprend mieux ce torchon bourré de fautes d’orthographe, c’est le résultat d’un choc culturel entre « un concepteur consultant en contenu éditorial » et 2 mecs simples, authentiques et bourrés de talent.

  35. H. Picault

    hello doux (dernier) anonyme téméraire,

    je suis ravi de voir que tu manies assez le web 2.0 pour avoir déniché seul et sans aide un LinkedIn ou autre, à moins que tu n’aies une de mes factures sur ton bureau en attente de paiement. Je suis épaté, c’est fascinant tout ce talent.

    Prochaines étapes pour toi : rencontrer Mr Ig pour te faire vomir (ou éjaculer de son propre aveux) dessus, et comprendre le sens de ce groupe nominal qui te plait tant que tu ne peux te retenir de l’agiter à chaque phrase.

    Mes amitiés à l’Urssaf, mon mépris le plus cancérigène à toi.

    H.P.

    PS : Si tu veux vraiment m’égratigner viens vomir sur une de mes interviews, ce n’est pas ce qui manque dans ce site ou ailleurs.

  36. Van Wyller

    Quand même, tu rates quelques trucs dans leur paroles. Quand le mec te dit « des notes et des cases », tu tiens un truc. Et toi non, tu cherches encore le style… ok, leurs mots sont décharnés, pas de générique, pas de montage, pas d’images… mais il y avait des idées qui auraient pu te rendre la vue. Jsais pas si c’est un bon débat le coup du « selon vous la musique ne se construit que par son strict langage? » (je sais même pas si j’ai bien compris, puisqu’il a trop rien dit) mais c’est con à ce moment de geindre: « Là je crois que s’en est bien fini. »

  37. Anonyme

    si ton interview tient la route tu n’as pas à ouvrir de parenthèses apres chaque réponse pour faire un commentaire. Si elle tient la route.

  38. vince

    on en a rien a battre de ta vie de pigiste a 2 balles
    va écrire chez  » voici  » .. oublie la musique mec !!
    inintéressant ….

  39. Anonyme

    Songe à changer de taff bébé, la branchouille, le hype, tu t’auto-branles sur ton papier.
    Ouvre les yeux merde, c’est chiant comme la pluie.