Le Wild Classical Music Ensemble, c’est un incroyable groupe d’handicapés mentaux belges qui utilisent le bordel de la musique punk comme outil d’expression. A l’occasion du concert organisé par Gonzaï en mars dernier, on a suivi le groupe pour comprendre comment il est devenu, au final, le plus spontané d’un circuit professionnel de moins en moins fou.

Au casting de ce premier webdocu Gonzaï : les propos de Damien Magnette, le formateur belge à l’origine du projet, mais aussi Jean-Baptiste Guillot de Born Bad (l’un des labels associé au Wild Classical), les accompagnateurs Evita Werbouck, Wout Wittevrongel et Berber Dhaene, et surtout les musiciens eux-mêmes, Linh Pham, Sébastien Faidherbe, Johan Geenen et Wim Decoene.

Installez- vous bien, “tout va bien se passer”, puisque c’est le nom du dernier album du Wild Classical Music Ensemble; un groupe avec beaucoup d’amour à l’intérieur et qui, de l’avis de JB Guillot, est l’un des plus puissants de la scène francophone.

Réalisations, interviews et montage : Karine Grouhel

2 commentaires

Répondre à vive la disco, y'a le dasss Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares