Journaliste par déformation, j’avais passé la journée à célébrer ceux qui se confrontent à la mort (pas la petite, la vraie, la grande). Le soir, j’allais célébrer ceux qui se confrontent au vit, grâce à l’avant-première ciné de « Pulsion », le nouveau film d’Ovidie

« (…) Vous savez comment la vie et les films porno se terminent. La seule différence est que la vie commence par un orgasme » écrivait Palahniuk. Mercenaire de l’écriture, polyvalent peut-être comme les performeurs que j’allais rencontrer. Convié à la projection du prochain film d’Ovidie, coproduit et diffusé par Canal+ au cinéma Le Brady, c’était déjà en somme inédit ; la perspective d’aller festoyer ensuite avec le casting l’était encore plus. Ovidie, l’intello du porno, était celle qui allait révolutionner le genre, à coup sûr.

A point nommé, c’était d’ailleurs à se demander si nous n’entrions pas dans l’ère du porn-mainstream, pour le meilleur et pour le pire. Après Sasha Grey, l’Alt girl mimant la girlfriend expérience pour Soderbergh, c’était au tour de James Deen sur lequel les Inrocks se paluchaient allégrement. La nouvelle icone pop de The Canyons (sur un scénario du pornophile Bret Eston Ellis) était malheureusement un poil édulcorée par les grands caciques du journalisme culturel. C’était oublier qu’entre les porn-parodies et les gonzo, le sieur Deen à la belle gueule de boy next door est aussi l’un des piliers de Kink, un certes fort bon studio mais quand même foutrement extrême (allez les Inrocks, à quand un nouveau petit papier sur la « pornstar pour tous » en évoquant des viols collectifs scénarisés mais à la lumière, aux caméras et au jeu impeccable ?). Bref, pas vraiment la came des féministes ou des youporneurs classiques. La came des pseudos féministes, ce n’est pas non plus Belle Knox, cette jeune actrice étudiante du campus de Duke aux Etats-Unis. Pas de chance pour elle, ses camarades l’ont reconnu. Et autant dire que symboliquement, le lynchage, sinon le viol collectif, elle y a eu le droit. Elle s’est en retour fendue de tribunes où elle met une claque au féminisme branlant en illustrant fort bien que les chiennes de gardes anti-Orelsan sont bien meilleures comptables que féministes.

ill 3 - Ovidie

Le porno féministe, un puits sans fion

Sans plus de préliminaires, Ovidie, elle vient foutre quoi là-dedans ? Quoi, je ne vous l’ai pas dit ? J’aurais juré vous avoir déjà écrit qu’il ne s’agissait pas d’un porno comme les autres, mais d’un porno féministe ! Non ? Ah bon ? Ah mais si si, parce qu’il parait que sur le tournage c’était vachement sympa, même quand Ovidie arrive à la bourre, traite les techniciens comme de la merde en gueulant « il faut que je suce pour avoir un coca ? » ? En tout cas, à l’écran, j’ai rien vu ou presque et mon sang n’a fait qu’un tour (et pas pour aller là où il aurait dû) dès que les lumières se sont éteintes.

Tout avait pourtant bien commencé. L’ambiance était bonne, les femmes étaient – relativement – belles et même si je n’étais qu’un « +3 » sur une liste, j’étais de bonne composition. Quatre-vingt-dix personnes dans la salle plus tard, j’avais souri en coin lorsqu’il s’était avéré presque impossible de faire comprendre à trois acteurs porno que de se déplacer d’un rang permettrait à quatre personnes de s’assoir à leur droite, en me disant que les clichés pouvaient dormir en paix. J’avais encore souri quand ils avaient blagués sur le viagra au dépend de pastilles à la menthe. Pendant ce temps, la salle twittait, et en particulier Angell Summers, actrice à la retraite et depuis devenue coach sexuel mais belle et bien à l’affiche (l’un de ses 233 films à paraitre encore, probablement). J’étais enfin resté stoïque devant celle dont je savais avoir connu le nom à une époque (et que je ne voulais pas retrouver pour ne pas basculer dans la méchanceté) où elle n’était pas autant refaite et probablement encore capable d’exprimer des émotions humaines de par son visage.

Capitaine Orgazmo

Pour introduire son film, Ovidie a expliqué qu’un visionnage de porno durait en moyenne 12 minutes pour une femme, 3 pour un homme et que Pulsion, son film de 90 minutes, représentait ainsi trente fois le temps passé devant Youporn. Une blague plus tard sur l’incapacité potentielle de certains à se retenir, un acteur faisait la réflexion à voix basse que « c’est une très belle femme, plus belle que… », avant de se taire et qu’on tente de le confondre en lui demandant « que ‘qui’, tu allais dire ? ».

ill 4 - Nkm prend le metro« C’était notre film de vacances, notre colo » qu’elle a dit – « ça c’est sûr, on s’est bien éclatés » qu’ils ont répondu en cœur. « Même Mocky (ndlr, l’ancien proprio du Brady) ne faisais pas autant de plans » qu’il a ajouté. Ces phrases m’ont fait sourire un temps. Mais après 90 minutes, ça donne quoi ? Du réchauffé. Pendant un quart d’heure, le film m’a laissé croire qu’il pourrait en être un (et pas juste un prétexte porno). Un premier quart d’heure durant lequel le personnage féminin d’Eva, souffrant du très sérieux « syndrome d’excitation génitale persistante » (pouvant conduire au suicide) prend le métro, et fait inexorablement penser aux moments de « grâce » de NKM dans les transports en communs parisiens. Un premier quart d’heure durant lequel elle fonce ensuite se masturber aux toilettes dès son arrivée au boulot, puis pleure. Le tout sur une musique overcreepy digne de celle accompagnant les Maîtres des Tênébres de Fort Boyard. Le film pouvait s’arrêter là : une chronique choc d’un instant de quotidien d’une addict, et puis non. Ce sera une comédie porno dans l’esprit des années 70, et puis c’est tout. Mais pour assurer la transition, quoi de mieux qu’un instant Oscar ? Ovidie filmée en train de pleurer dans une scène de femme forte qui rompt – et ravage – avec Chris, un pauvre gars catatonique. Ce sera sa seule scène : merci d’envoyer toute proposition de film sérieuse (à savoir, sans bite) sur son compte twitter.

Le film démarre enfin quand le médecin propose à l’addict des techniques stupides (ah la cloche sur le front pendant qu’elle se masturbe, qu’on « rigole ») pour se contrôler avant de la convier à une thérapie de groupe dans un manoir (vous la sentez l’orgie réclamée par Canal + ?). Le tout, bien évidemment après que son patron ait menacé de la mettre à la porte à cause de ses absences masturbatoires répétées aux toilettes.  « C’est la crise, je reçois des dizaines de cv par jour » ; après NKM, c’est une véritable fresque sociale finement jouée qui fait penser à Article 23, c’est dire (regardez la bande annonce, vous verrez que la comparaison n’est pas si flatteuse ). Et le film commence enfin, pour un seul et unique décor, celui du manoir où toute la fine fleur du cinéma français pourra s’amuser à la campagne.

ill 5 - séminaire de la touze’
Sport collectif

Pour ce séminaire de la touze’, entre un médecin pas net et une assistante ancienne patiente (vraiment ? Vous aussi vous la sentez la rechute ?), il y aura : Eva ; Liza Del Sierra qui n’aime pas le sexe (« ahahah », ironie pour la plus grande performeuse du lot) ; une qui ne fait que s’exhiber en ligne (satire sociale, quand tu nous tiens) ; Angell Summers (qui a « besoin de danger » et dont le seul qu’elle prendra dans le film sera d’essayer de le faire sur une échelle et de se blesser à la cheville. Mais quelle casse-cou(illes) !) ; un couple adepte du candaulisme, un gigolo qui ne supporte plus le contact physique, un autre qui communique avec sa bite (oui, c’est censé être drôle. Tout comme le fait que ce sex-addict insupportable soit à deux doigts du viol tout au long du film. Ça aussi, c’est « marrant »), Franck, fétichiste marginal qui deviendra de plus en plus glauque (et aussi seul personnage amusant du film) et enfin, Chris, l’Ovidie’s reject. Pour aller vite, il y a une scène de baise à trois en pleine nuit avec des éclairages à la lampe torche (où la directive semble être « essaie de faire ça avec la lumière, ça sera sympa quand elle te sucera… oh et puis merde, tant pis, on aura essayé ») – dont l’actrice principale était situé au rang juste devant moi –, une partouse, un couple qui se forme (Spoiler : Eva et Chris), le couple adultère qui va pouvoir coucher ensemble à nouveau, Angell Summers qui est transportée comme une brouette dans une scène sans cul (féminisme, quand tu nous tiens), Liza Del Sierra qui part avant la fin sans scène de cul et au final, le médecin/psychologue/gourou qui s’avère un pervers travesti pas très net dans une scène finale qui rappelle les grandes heures de Bénabar.

Entre temps, Ovidie aura prouvé qu’elle ne sait pas monter un film ni tenir une caméra. Lors des scènes d’expositions, lors de champs/contrechamps, il est fréquent que les acteurs filmés n’importent comment sortent du cadre. Choix artistique ? Fort peu probable lorsque dans le même plan, la règle élémentaire des 180° censé au moins donner l’impression que deux personnages conversant se regardent est piétinée dans les grandes largeurs. Rajoutons à cela une musique ridicule et omniprésente, un concerto pour cul-nu, en inadéquation absolue avec ce qui se passe à l’écran, et étonnamment composée par… le compagnon d’Ovidie. Pour donner un ordre d’idée, certaines séquences laissaient d’avantage attendre la découverte d’un corps ou un viol collectif dans les bois. Rajoutons à cela un son tout aussi atroce que les musiques et mixé n’importe comment. Réhabiliter le genre ? Soyons sérieux, aucune ambition (si ce n’est d’arracher cinq à six sourires) ne se concrétise… Il s’agit avant tout d’une bande de potes prenant l’argent de Canal+ pour quinze jours de vacances. Et c’est là que le bât blesse, Ovidie l’a dit, elle voulait réaliser une comédie populaire. Le film fait donc penser à Dany Boon et à sa surenchère d’effets spéciaux afin de justifier son statut (ou pas) d’arnaqueur du box-office national. Ici on voudra rendre baroque, beau, émouvant, grandiloquent un téléfilm prémâché, surformaté pour la télé. Tout laisse à penser qu’Ovidie est tombé sur un article passionnant histoire de poser la sienne (d’histoire) avant d’en revenir à un schéma éculé (où quelques rares scènes amusantes ne suffisent pas à dynamiter le reste). Un sentiment renforcé quand le personnage principal transforme son addiction au cours d’une discussion en expliquant qu’elle a le problème de jouir n’importe quand (et plus d’avoir besoin de se faire jouir n’importe où). Vouloir faire les choses différemment – ce qui est plus que louable – ne devrait jamais être un prétexte pour refourguer de la merde, même à des abonnés.

« Les acteurs – comme les journalistes –, c’est là pour écouter les producteurs et exécuter », m’a dit le producteur. Dont acte.

PS : Puisqu’il faut mieux prévenir que guérir (n’est-ce pas Amee Donavan?) je préfère l’annoncer : n’allez pas croire à une once de puritanisme chez moi ou d’anti-porno primaire. Je n’ai même pas d’amertume quant au refus de mon scénario porno Partouse les saints qui touchait pourtant au climax dans une orgie finale anthologique de subversion (« je vais t’immaculer tellement profondément que tu ne te souviendras même pas du nom du père », « Oh, mon, dieu ! », qu’elle répondait). Au contraire donc, j’aime le vit à la dure et faire le con. C’est le fait que le genre en France soit aux mains de tacherons à tous les étages qui m’énerve. Puisque la production française est déjà dans les tréfonds depuis un âge d’or que les amateurs d’épilations ne peuvent pas connaitre, Ovidie ne peut que la sortir de cette perpétuelle spirale de médiocrité ininterrompue, n’est-ce pas ? Si son précédent film diffusé sur Canal a fait 300% d’audience en plus chez les femmes, ce n’est quand même pas simplement à cause de sa réputation, hein ? Hey, elle vient quand d’être primée au Feminist Porn Awards alors franchement, Ovidie elle est bonne réalisatrice/scénariste/féministe/pique-assiette ou pas ?

11 commentaires

  1. Je ne peux qu’adhérer au ressenti de l’auteur. Je n’avais pas regardé le sacrosaint porno du samedi soir depuis « Mangez-moi », œuvre profondément ennuyeuse et indigeste de Papy B. Root. Encore une grosse désillusion avec ce film d’Ovidie. Si j’étais tombé là-dessus à la fin des 90’s, j’aurai jeté le décodeur des parents par la fenêtre.

    Le label « porno féministe » n’est qu’un leurre. Ovidie a bel et bien inventé « l’anti-porno » avec « Pulsion ». Confier les rennes d’une telle production à quelqu’un qui manifestement déteste le porno est un pari risqué (euphémisme, c’est un véritable suicide). Je passe sur le scénario famélique ou sur les performances des comédiens, on ne tire pas sur une ambulance. Le vrai problème c’est qu’à chercher à innover, Ovidie a sombré dans une mise en abyme de son rejet du porno. Peu voire pas du tout de cul dans un film estampillé porno, ca la fout mal. Il eut d’ailleurs été fort à propos que le personnage asexuée soit joué par Ovidie elle-même (plutôt que par Del Sierra ) car avec ce film, on est en plein dans le dégoût pour la chose. « Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoutez pas les autres », merci.

    J’en regretterai presque « Orgie en noir ».

  2. Pour l’anecdote « G. », Lisa Del Sierra devait initialement bien avoir une scène de cul dans le film. Elle aurait changé d’avis au dernier moment car « aucun mec ne lui plaisait » (d’où la « réinvention » du rôle). Un peu amer, le producteur a ajouté pour moi « elle a pris au moins 30kg depuis ».

    1. Liza était surtout déjà retraitée et donc elle ne faisait plus de scene…le scénario en tenait compte depuis le debut du projet.
      30kg? ovidie a t’elle deja été bandante?

  3. « Aucun mec ne lui plaisait », elle fait la difficile, le casting mâle représentait à lui seul 90% des acteurs X français, manquaient Ian Scott et Mike Angelo et on avait toute la scène pro française.

  4. Franchement c’est pas un chef d’oeuvre mais le film est marrant et plutôt bien fait dans sa catégorie. Honnêtement à la lecture de ce texte lapidaire bête et méchant, ça sent l’article pondu par un pseudo ‘réa’ refoulé maintes fois même aux portes de la pornographie. Mais bon c’est comme en musique, en littérature ou en télévision, quand t’es mauvais et que t’as zéro talent (c’est pareil je sais) devient chroniqueur. Et là avec GhK/Gonzai on un vrai bon gros chroniqueur! Navrant!

    1. Très bien Alain, mais qu’est-ce qu’un « pseudo ‘réa’ refoulé maintes fois même aux portes de la pornographie » exactement ?

  5. Ghk, déjà quand on fait le justicier dans les commentaires de ses propres ‘chroniques’ c’est que le niveau ne vole pas bien haut! Eh bien pour vous répondre, on sent de l’amertume, de la jalousie, de la rancoeur mais surtout de la méchanceté dans vos propos (votre défouloir si vous préférez). Car ça, c’est le grand classique de la trajectoire ratée que l’on fait payer à d’autres (le parcours est tellement classique). Il y en a eu tellement avant vous! Mauvais scénariste, mauvais acteur, mauvais réalisateur, mauvais assistant, mauvais technicien et j’en passe, mais virtuose dans l’art de saigner les autres, au fond c’est tout ce qui reste. Purgeant sa colère, sa tristesse et sa solitude dans des articles ou l’ivresse de faire du mal l’emporte sur une analyse objective et construite. Et c’est bien de cela dont il s’agit.
    Car bien au delà du jugement de valeur, votre ‘texte’ est un lynchage ressemblant plus à un règlement de compte bête et méchant qu’à une analyse fondée sur des éléments probants et vérifiés. On frôle l’insulte à chaque ligne comme si le fait de saquer un film n’était déjà pas suffisant. Quel est votre problème? A la lecture de ce texte maladroit et dégoulinant de suffisance on a déjà la réponse.

  6. GHK dit GREGOIRE HASKA que vous pouvez suivre dans ‘Le Petit Quentin’ (torchon de banlieue dans lequel le chroniqueur officie en toute discrétion). GHK a non seulement retirer TOUS les commentaires lié à son article idiot mais l’a remanié des dizaines de fois pour effacer toute la mauvaise fois de ses propos:

    -les soit disant budgets alloués au film (le poltron affirmait des centaines de millers d’€)

    -son scénario refusé chez C+ qu’il avait tenté de faire passer (eh oui gonflé le mec quand même!!).

    GHK se serait rêvé réalisateur mais aura, comme beaucoup, pris des portes dans la figure. Alors il faut bien se défouler, se venger, s’en prendre à quelqu’un non? C’est là le propre de l’auteur ici même, juger le travail d’un autre et se répandre dans la méchanceté la plus crasse. Ovidie et son cinémaX gentillet tombe à point, elle la victime parfaite pour un lynchage en (mauvaise) règle. Certes le film n’est pas un chez d’oeuvre mais il a le mérite de sortir des sentiers battus et de montrer autre chose, un point de vue à part (loin des références masturbatoires de GHK). Alors pourquoi tant de haine dans une chronique qui aurait pu rester cohérente sans rentrer dans le règlement de compte? A la lecture de ce mauvais billet on aura trouver la réponse.

    1. Je viens à l’instant de lire votre message par pur hasard en découvrant justement que les commentaires n’avaient pas passés la nouvelle version du site. J’aurais aimé pouvoir assumer cela, mais non. Dans le cas où ce serait de mon fait, j’aurais pu, de la même manière, utiliser cet argument contre Ovidie qui a supprimé les échanges que nous avons eu par la suite sur Twitter (dont le meilleur reste celui où elle pense m’avoir reconnu comme ce type libidineux ne l’ayant pas lâché de la soirée quand nous ne nous y sommes pas parlé du tout). Or ce n’est pas le cas.

      Je n’ai aucun problème à assumer cette expérience dans la presse territoriale – ce qui peut clairement servir à bouffer parfois, encore plus lorsque l’on débute (même si je me doute que vous ne me voyez aller nul part d’autre) – et l’usage d’un pseudo sur Gonzaï n’a rien de surprenant.

      Le scénario refusé (mentionné dans ce commentaire), et qui est toujours présent en PS n’était qu’une blague. Je n’ai jamais proposé aucun scénario à Canal, il semblait pourtant évident qu’il fallait ici faire preuve d’un peu de second degré, ce qui ne fait jamaisde mal. Par conséquent, tout l’argumentaire qui s’en suit n’a aucun sens.J’ai en revanche effectivement demandé à ce que l’on retire toute trace du budget, ayant reçu des menaces à ce sujet quant bien-même le producteur (ou « poltron ») me les avait communiqué. Le billet a pu vous déplaire, il est peut-être cinglant, mais il n’est aussi que mon opinion, forcément subjective – certes – mais qui n’est absolument pas un règlement de compte. C’est en revanche ce que vous tentez de faire, fort bien.

  7. Cette pauvre Ovidie était déjà en tant que telle , un véritable bromure quand elle saccageait de sa tronche de mijaurée les films de John B Root! Voila qu’en plus , elle ne s’est pas transformée en réalisatrice de films supposés faire mouiller les petites culottes mais qu’au surplus, telle une Marie Madeleine repentie et expiant ses péchés d’une furtive jeunesse, elle distribue des leçons de morale! Quelle différence avec Caroline de Haas sinon que la seconde doit avoir pour fantasme d’émasculer les mêmes tandis que la pauvre Ovidie se contente de les dégoûter du cul !Les mecs qui ont tourné avec elle doivent être remerciés pour leur courage et leur abnégation

Répondre à honesty Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.