Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, Magnüm, un groupe composé d’un mec en Bombers et d’un… chevalier du moyen-âge. Heaume sweet heaume.

On a trop souvent harponné le concept de la musique-blague (Katerine, Cléa Vincent, Naïve New Beaters, etc) pour prendre cet épiphénomène au sérieux, mais l’apparition dans le paysage d’un groupe Magnüm (avec le tréma moderniste) pratiquant de la semi-funk FM avec une iconographie mi-Metal mi-Michel Sardou, avouez que c’est intriguant.

C’est ton Destin

Quelque part sur une planète lointaine, ce « groupe » navigue entre Les visiteurs de Jean-Marie Poiré et les Inconnus. Ce qui, si on écoute attentivement les refrains des deux tubes certainement composés dans un Relais & Châteaux avec une boite à rythmes et une épée dans son fourreau, n’est pas le fruit du hasard. Cette pratique experte de l’absurde, ces chœurs pré-autotune, l’impression persistante que ces bandits-manchots se foutent autant de la gueule de l’auditeur que d’eux-mêmes… ne serait-ce pas la réincarnation du groupe Destin, repéré dans une autre décennie avec leur tube à 5000 écoutes Youtube d’Adelaïde ?

Affirmatif. Revenu de l’enfer des majors (où ils avaient signé pour d’obscures raisons avant de se faire démolir toutes leurs formidables démos Myspace par un Directeur Artistique amputé de l’oreille) et certainement pas prêt à se refaire voler son identité boiteuse, le groupe a trouvé avec Magnüm une bonne occasion de recroiser le fer avec la postérité.

Coup d’épée, dans l’eau

Si nos comptes sont bons, les membres du mystérieux collectif (sont-ils 2, 4, 6, 10 ?) ne feront plus jamais carrière ; et c’est bien de se l’avouer. Et puis l’essentiel n’est vraiment pas là. Quelque part entre tous les Michel de l’histoire de la variété française (Sardou, Berger, Jonasz, Polnareff) et la funk de bacs à soldes qui a certainement inspiré Daft Punk & co, une belle alternative, un peu métallique, à toute la prétention actuelle.

Magnüm, deux titres seulement à son actif, et déjà leader des playlists de fin de soirée chevaleresque. Il n’y a que cette cotte de mailles qui m’aille.

http://www.xn--magnm-nva.com/

3 commentaires

Répondre à l'immortel de draguignan Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.