Boigneville-sur-rave

Dernier week-end du mois d’août en région parisienne. Alors que Rock en Seine et le Paris Summer Jam s’affrontaient à coup de têtes d’affiche, une rave gratuite et clandestine rassemblait plusieurs milliers de teufeurs, la Tekaoût 2.

Pour s’y rendre sans voiture, il fallait prendre le RER D et descendre à l’avant-dernière gare de la ligne, à Boigneville. Il s’agissait ensuite de traverser le village sous les regards ahuris de ses habitants, puis de s’enfoncer à travers champs. Après une heure de marche, l’oeil du cyclone était atteint. Soit une demie-douzaine de sound systems vrombissant. Ici, pas de couronnes de fleurs ni de bar à smoothie, mais de la techno hardcore, des psychotropes et des barbecues entre amis. Retour en images sur trois jours de fête libre et ininterrompue.

Photos par Lambert Stroh

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.