Connect
To Top

SOULWAX
Enjoy the silence

Après 13 ans sans nouvelles, Soulwax reprend vie et revient avec "From Deewee". Preuve que le groupe de rock électronique ne fait pas que des remix pour les autres et que cette fois, il a su garder le meilleur pour lui. Interview.

13 ans, c’est long. Trop long, surtout lorsque l’on est un fan de la première heure de ce groupe référence qu’est Soulwax. Une traversée du désert qui n’a pas semblé perturber les frères Dewaele, qui depuis leur dernier album « Nite Versions » n’ont cessé de bosser pour les autres. Metronomy, Arcade Fire, Daft Punk, Gossip, MGMT, et bien d’autres encore sont passés sous leurs mains expertes en remix. Bref, en 22 ans d’existence (créé en 1995), 5 albums studio et 2 entièrement consacrés à leurs remix, David et Stephen ont prouvé qu’ils savaient tuer l’ennui.

Le groupe de rock électronique, capable d’inventer plus d’une quinzaine de groupes avec autant d’univers différents pour la BO de film Belgica de Felix Van Groeningen, n’en a pas fini de surprendre. La dernière en date : « From Deewee » qu’on pourrait sous-titrer « attention, c’est l’album du retour« . Et sans remix. Que des purs inédits Soulwax, et qui diffèrent de ce à quoi les frères belges nous avaient habitués auparavant. En tout : sept musiciens dont Stefaan Van Leuven (membre original) et 4 talents (Iggor Cavalera, Victoria Smith, Blake Davies et Laima Leyton) qui sonnent comme un écho à ce que d’autres ont pu faire avant eux comme Jean-Michel Jarre, Kraftwerk, Sparks ou encore Depeche Mode que l’on croit entendre sur Conditions of a Shared Belief.

Tout cela pour dire que, lorsque en ce premier lundi d’avril, on m’apprend que je suis celle envoyée au casse-pipe pour interviewer le groupe, je sens comme un flottement. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée en tête à tête avec David Dewaele, en costard et pas stressé pour un sou à quelques minutes de monter sur la scène de l’Elysée Montmartre. En exclu pour Gonzaï, voici l’interview canapé de Soulwax.

packshot

Ça fait 13 ans que le public vous attendait avec un nouvel album. On peut donc dire que vous avez mis du temps pour sortir « From Deewee ». Pourquoi ?

Parce qu’honnêtement, on n’avait plus réellement envie d’avoir autant de contraintes. Car faire un album, c’est faire bien plus qu’un album. En réalité, c’est même assez douloureux pour ce qu’on en reçoit. Mon frère et moi on peut dire qu’on a une vie plutôt confortable : on fait des productions pour d’autres groupes, on produit également des artistes, on fait des remix aussi beaucoup. Avec tout ça, on a vu que notre succès n’avait pas diminué et ce, même sans faire d’album. Et puis, un jour on a construit notre studio et c’est véritablement ça qui nous a amené à composer celui-là.

Vous ne vous êtes pas trop foulés pour trouver le titre de l’album puisque vous avez repris celui de votre studio et de votre label : Deewee.

C’est vrai. Mais en même temps, c’est ce que l’on voulait montrer : tout a été fait sur place. On a produit, mixé et même réalisé l’artwork dans ce bâtiment donc d’un côté, c’était un peu normal qu’on appelle notre album « From Deewee » car il a été réalisé entièrement là-bas.

Avec « From Deewee », est-ce qu’on peut dire que vous avez voulu faire quelque chose de complètement différent et surtout de nouveau ?

Une chose est sûre, on ne voulait pas faire la même chose qu’il y a 13 ans. Nous ne sommes plus les mêmes personnes non plus. Je dirais qu’inconsciemment, on a voulu faire en sorte que ça soit différent et puis d’un autre côté, consciemment cette fois-ci, on a fait le choix de tabler sur un album électronique avec la voix de mon frère plus présente. Dans tous les cas, on a préféré partir sur quelque chose d’un peu plus nouveau plutôt que de proposer un album avec des remix qu’on avait déjà fait.

On est loin du rock progressif et de la techno acide de « Nite Versions », peut-on dire que « From Deewee » a évolué vers de l’électro-pop ? Avec cependant un point commun, cette ligne de basse acide que l’on retrouve dans Masterplanned ?

Si c’est le cas, on n’en est pas du tout conscients. Car quand on construit un morceau, on est excités par des sons, certains nous parlent plus que d’autres, etc. Mais ça n’a absolument pas été un choix réfléchi.

Pour cet album vous avez fait appel à quatre talents (Iggor Cavalera, Victoria Smith, Blake Davies et Laima Leyton), comment avez-vous réussi à mixer cette superposition d’instruments sans que cela déséquilibre les 12 morceaux  ?

Quand on a eu l’idée de mettre en place le Transient Program from Drums and Machinery, on a voulu reproduire dans l’album ce qu’on avait vécu sur scène au mois de juin avec ces jeunes musiciens. Dans « From Deewee« , on a réussi à faire le mélange. Oui, c’était dur par moments mais ça fait partie du jeu.

soulwax

Fait intéressant également : l’enregistrement s’est fait en à peine trois jours, en une seule prise et dans des conditions « live ». Plutôt rapide ! C’était un choix ? Concrètement, ça s’est fait comment ?

Au départ, on avait déjà enregistré les pistes séparément pendant 10 – 12 jours de répétitions auparavant. Et puis après, on a eu l’idée de le faire en une seule prise au complet. Si jamais ça ne marchait pas, on avait au cas où le plan B qu’étaient les pistes enregistrées lors des répètes. Mais au final ça a marché : en deux jours, on a fait 18 prises de 50 minutes chacune.

On sent beaucoup l’influence de Kraftwerk, Depeche Mode (notamment sur Conditions of a shared belief) également mais j’ai aussi l’impression d’entendre quelques références à Sparks ? J’irai même plus loin, le début de Do you want to get into trouble ? m’a fait penser à l’intro des Dexys Midnight Runners et leur célèbre Come On Eileen.

Sur le morceau Do you want to get into trouble ?, en fait avec mon frère on a remarqué que le titre avait quelques ressemblances avec Prisencolinensinainciusol d’Adriano Celentano. On ne s’en est pas rendu compte tout de suite mais inconsciemment, vu que c’est un morceau qu’on connaît depuis qu’on est enfants, on va dire que ça a déteint sur ce qu’on a fait. Niveau influences, j’aime bien qu’on dise que l’album ressemble à du Kraftwerk ou encore du Sparks ! Mais tout ça c’est, encore une fois, complètement inconscient, aha !

Et la ressemblance avec le « Spirit » de Depeche Mode, c’était voulu ou juste une pure coïncidence ?

Non, c’était juste une pure coïncidence. Je savais qu’ils avaient sorti un album le même mois. Mais j’avoue que je n’ai même pas encore eu le temps de l’écouter.

Parlons maintenant de la pochette de l’album, a-t-elle une signification particulière ou serait-ce une autre référence à Kraftwerk et leur album « Computer world » ou alors à celle du groupe CAN ?

C’est un peu la même réponse qu’avant, ce sont deux superbes références mais en réalité la « tête artificielle » qu’on voit c’est un micro des années 70. La particularité de ce micro, c’est qu’il permet de reproduire ce que les oreilles humaines entendent réellement. Ill Studio, le studio parisien avec qui on travaille, a vu lors d’un enregistrement le micro et a adoré le look. Sauf qu’en réalité il est un peu jaune, voire couleur bois clair. Pour la pochette de l’album, on l’a juste chromé. Le truc c’est que ce n’est même pas un bon micro, aha !

can-kraftwerk

On m’avait prévenu que vous ne vouliez pas revenir sur vos anciens albums pour cette interview, ça vous fait chier d’en parler ?

Ah non du tout. Pourquoi pas en parler lors d’une autre interview, oui. Mais ça ne nous dérange absolument pas, au contraire. Ce qui est certain, c’est que si tu demandes si on envisage de faire un autre album là dans la foulée, je te dirais non. Et même dans six mois, on voudra faire quelque chose d’autre, quelque chose qui ne soit pas Soulwax.

Soulwax/From Deewee/PIAS

6 Comments

  1. Milouse

    5 avril 2017 at 17 h 49 min

    Par contre Igor Cavalera un nouveau talent euh … à 46 piges et batteur historique de Sepultura bon bref.

  2. Dewaele

    6 avril 2017 at 15 h 31 min

    aha !

  3. o.t.h.

    6 avril 2017 at 16 h 37 min

    gonzai le canard empetre des sous-sous-sols-

  4. ALEP vs C.I.A.

    7 avril 2017 at 9 h 38 min

    TROMPE THIS WAY

  5. Wally

    7 avril 2017 at 15 h 04 min

    please tell the readers to go there YALLY: DREAD RISK (DIAGONAL 037) TA!
    for emergency

Laisser un commentaire

A lire aussi