Connect
To Top

Quand la fille du batteur des Sex Pistols fait du reggae

Fille d’un punk (Paul Cook, batteur des sex pistols) et d’une choriste (pour culture club, vous le voyez venir ?), la douce Hollie Cook sort chez Merge Records son troisième album « Vessel of Love » en janvier, le 26 plus précisément. Ajoutez à ça Boy George en parrain (et paf! je vous avez prévenu) et vous obtenez une sauce reggae aux influences variées.

Entre deux trains, madame pose ses valises pendant 24h dans la capitale, le temps de faire un peu de promo. Dans l’album à paraître, c’est la première fois que Hollie travaille avec le grand producteur britannique Martin Glover, aka « youth », qui a notamment bossé avec Paul McCartney, U2, The Verve, Depeche mode; et qui est accessoirement le bassiste des Killing Joke. J’en ai profité pour tenter d’en apprendre un peu plus sur elle et sur ce projet, en essayant de ne pas trop me perdre dans son regard.

hollie-1-1
T’es souvent sur les scènes françaises, j’ai entendu dire que tu vivais ici.

Non non, mais je devrais, ah ah ! Avec les membres du groupe on parle souvent de louer une baraque dans le sud de la France un été pour aller se reposer entre les festivals mais on l’a toujours pas fait. Sinon j’habite à Londres, mais je bouge souvent pour ne pas me mettre à détester cette ville.

En parlant de groupe, j’ai vu dans les lives de ces dernières années que les musiciens qui t’accompagnent changent souvent, t’as pas ton crew attitré?

Les quatre dernières années, c’était avec le même groupe [faut vraiment que je check mes infos, Ndr] de Londres appelé General Roots, mais effectivement avant j’étais accompagné par différents musiciens. Maintenant c’est bon j’ai mon crew attitré.

T’as dit un jour que le punk avait était le pont qui t’as emmené au reggae, tu nous #balancetonpont ?

Oui absolument, je pense que culturellement à Londres, particulièrement dans les années 70, la scène punk et reggae se tenaient côte à côte et tous les musiciens punk étaient fortement influencés par ça. Je pense que l’énergie générale les a inspiré, c’était la même pour toutes les musiques rebelles, ils se comprenaient. C’est pareil pour moi, j’ai toujours été partagée entre reggae et punk…

Ok, et si on ajoute à ça ta reprise des Whispers, The beat goes on, un gros tube disco. On peut imaginer un jour te voir sortir du reggae pour t’essayer à d’autres styles ?

Oui je pense que c’est normal d’essayer des nouvelles choses et sur mon nouvel album j’expérimente différents sons et styles autres que le reggae, il y a un peu plus de soul, de RnB…

Effectivement, j’ai trouvé aussi des sonorités un peu tirés du rock psyché’ avec certains riffs de guitare comme dans Lunar addiction, Turn it around et Far from me qui change de ce qu’on a pu entendre dans les albums précédents.

Pour moi c’est une progression naturelle, je voulais essayer de nouvelles choses et voir comment ça sonnait et où ça aller m’emmener. Ka base reste reggae mais je pense que ces apports enrichissent les morceaux. Je suis une grande fan des sons un peu « cosmiques »; j’aime bien avoir l’impression d’être dans l’espace ou sous la mer… j’essaye de me rappeler de mes rêves et je les utilise dans l’inspiration de mes textes.

Martin Glover a dit dans une interview que tu étais une grande compositrice, en plus d’être une excellente chanteuse, t’es à la baguette sur tous les morceaux ?

Oui dans cet album les morceaux viennent de moi, ce sont mes mélodies et mes paroles. « Youth » est très bon pour tourner les idées en morceaux, parfois j’ai une mélodie et lui a les « solutions » simples pour les compléter. He knows the job you know.

Ton nouvel album s’appelle « Vessel of Love », c’est venu comment ?

Le morceau du même nom parle de moi, c’est comme une chanson à la recherche d’une âme, je me sentais perdue, j’ai dû faire un voyage introspectif et en même temps avoir une vision extérieure de moi, « Vessel of love » c’est moi, c’est mon corps portant le sentiment d’amour, pas dans le sens romantique mais l’amour de soi, et j’essaye de projeter ça dans toutes mes actions pour mieux gérer ma vie.

On te demande souvent ce que tu écoutais quand tu étais petite. Quelles influences t’ont apporté tes parents musiciens ?

J’écoute toujours des vieux artistes comme Dusty Springfield, mais dans les artistes récents j’adore Little Dragon, Jordan Rakei, Chronixx…

Et du coup ça t’arrives de demander l’avis du papa ou pas ?

Oui ça m’arrive, il est très encourageant, mais il est aussi bon pour les critiques constructives, en général je lui fais écouter les premières versions et les versions finies et il aime bien faire des commentaires comme « les percu’ sont trop silencieuses » [tu m’étonnes].

Hollie Cook // Vessel of Love // Merge Records
https://holliecook.com

Pour ceux qui aiment le reggae (on a les noms) elle sera en concert à La Roche-Sur-Yon le 16 Février 2018.

3 Comments

  1. Pallah

    20 décembre 2017 at 16 h 02 min

    et si je ne m’abuse, la pochette est de Robin, l’ancienne batteuse des Crocodiles, dont le guitariste Chuck est l’ex de Hollie.

  2. $punk

    20 décembre 2017 at 17 h 28 min

    I WANNA b SEDATE

  3. cochon de pig

    20 décembre 2017 at 21 h 43 min

    on l’appelait marie-noel, la fille du pere noel

Laisser un commentaire

A lire aussi