Connect
To Top

ROCK A LA CASBAH #3
Nuggets, from the first psychedelic era

La musique possède cette qualité que notre génération Kleenex  à usage unique a oublié depuis bien longtemps : la capacité de vivre et de renaître plusieurs fois à travers les ages. C’est ce miracle que réalise la compilation Nuggets : Original Artyfacts from the first psychedelic era, sortie chez Rhino Records peu de temps avant le siècle 00.

Trés remarquée à sa sortie, cette compilation explore les oubliés des années 60, car en effet si les Stones, Beatles, et autres Who ont eu le mérite d’offrir une bouffée d’air frais au rock’n’roll des 60’s, le temps et le système, eux, ont vite étouffé toute la scène qui en émergeait. Trop étranges, pas assez mainstream, peu productifs, ces groupes sont les invités d’honneur de Nuggets, qui fait résonner les voix envoûtantes et jouissives des défunts. Rock à La Casbah se plonge avec admiration dans cette vague déferlante de tubes et de bizarreries qui a fait trembler, si ce n’est pas DES, au moins UNE génération…

Rock à la Casbah: l’émission du 14 mars

7 Comments

  1. serlach.

    14 mars 2011 at 4 h 58 min

    précisons que c’est lenny kaye qui a organisé les premiers nuggets sur le psyché garage ricain chez elektra en 72

  2. casbah boy

    14 mars 2011 at 8 h 05 min

    Tu as raison Serlach, il me semble que nous le spécifions au cour de l’émission.

  3. serlach.

    14 mars 2011 at 13 h 45 min

    yep j’ai écouté, c’était plus pour l intro que je disais ça.
    A mes yeux la date est importante parce qu’on voit bien le lien souterrain qu’il y a entre cette scène dite garage (plutôt un terme péjoratif à la base) et la naissance du punk. Et puis c,est une question d’âge aussi, en 72 on voit déjà apparaitre le trip nostalgique un peu partout dans le rock en réaction aux excès de l’industrie. Ce n,est pas tant un hasard si par exemple bowie sort Pin ups en 73, album à la gloire du londres des mid sixties et le mythe des loosers commencent réellement à percer dans les consciences

  4. passage de l' est

    16 mars 2011 at 17 h 09 min

    Ce n’ est même pas de la nostalgie, seulement un retour légitime à une musique primitive, pure et originelle.

  5. serlach.

    17 mars 2011 at 4 h 17 min

    la musique pure n’existe pas et surtout pas celle là.

  6. casbah boy

    17 mars 2011 at 8 h 24 min

    Si la pureté est synonyme de sauvage alors je valide. Non cette musique était surtout due au moyen de l’époque. Le garage c’est le son de l’ampli à lampe, de la diode qui grille et de l’envie de faire de la musique sans maitriser son instrument. Pas ou peu de pédales d’effet, pas de retouches informatique et autres mastering (on double pas les guitares). La prise live originelle.

  7. Ooh-oOH-man

    18 mars 2011 at 9 h 57 min

    « A mes yeux la date est importante parce qu’on voit bien le lien souterrain qu’il y a entre cette scène dite garage (plutôt un terme péjoratif à la base) et la naissance du punk. »

    Le terme « punk-rock » est employé dans les notes de pochette originales de Lenny Kaye.

A lire aussi