Connect
To Top

QU’EST-CE QU’ON A ENCORE FAIT AU BON DIEU?
Un film de Steven Seagal

Depuis leur rencontre pour la préparation de "La Montagne de la Peur" (libre adaptation du film "Les bronzés font du ski"), Steven Seagal et Christian Clavier ne se quittent plus. C'est donc ensemble que les deux hommes ont fait la promotion de "Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?", le dernier film en date du réalisateur américain.

Steven Seagal se montre prolixe avec le journaliste du Figaro Magazine venu l’interviewer dans la villa corse de Christian Clavier pour la sortie de Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? Grand lecteur du journal français, Steven Seagal apprécie l’humour du journal, mais aussi le soutien sans faille qu’il apporte à son ami Christian Clavier. « C’est un grand honneur pour moi, confie l’acteur et réalisateur américain, car j’ai toujours eu une grande admiration pour Christian, non seulement pour son travail d’acteur, mais également pour son engagement politique. Mon film n’est donc pas seulement une comédie, c’est aussi un hommage à l’action de Christian Clavier en tant que chef d’état, de son engagement en Syrie ou de ses positions intraitables avec le régime Lybien. J’espère qu’il se représentera aux prochaines élections présidentielles car la France à besoin d’un président comme Monsieur Clavier« .

s24
Pour Steven Seagal, que l’on sait grand admirateur d’Eisenstein, le cinéma est avant tout un art politique. Ainsi, bien qu’il reste une comédie familiale, Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? est fortement influencé par les enjeux stratégiques internationaux, il a donc naturellement fait appel à Bernard-Henri Lévy comme consultant et coscénariste du film. L’histoire écrite par les deux hommes commence à Limoges où Claude Verneuil est le père de quatre jeunes filles, élevées dans le respect de la Foi Catholique. C’est avec une inquiétude mêlée de fierté qu’il les voit s’engager toutes les quatre dans l’action humanitaire.

On se souviendra notamment longtemps de la fameuse scène du couscous et du lance-missile.

Jusqu’à cette froide matinée de novembre où Claude Verneuil apprend que ses filles ont été enlevées, en plusieurs points du globe et en l’espace de quelques jours par un islamiste radical, un chef de guerre soudanais, un agent secret Nord-Coréen et un altermondialiste de Notre-Dame des Landes. Tandis que la diplomatie piétine, ralentie par des querelles au sommet de l’état, Claude décide de fermer son cabinet dentaire et de partir seul récupérer ses filles. Il est épaulé dans sa quête par trois de ses amis du Rotary, Jean-François, pharmacien boulevard de la République, interprété par Daniel Craig, Hyppolite, restaurateur place Jeanne d’Arc (Chaning Tatum) et Pierre, notaire avenue René Coty (Jean Reno). Ensemble les quatre hommes vont voler aux secours des quatre filles de Claude Verneuil. De quiproquos en situations comiques, l’odyssée de Claude Verneuil ne manquera pas de faire rire toute la famille, on se souviendra notamment longtemps de la fameuse scène du couscous et du lance-missile.

« Ce n’est pas un remake précise Steven Seagal, mais plutôt une suite au film de Philippe de Chauveron, une comédie sur le multiculturalisme et le rayonnement de la France sur l’échiquier mondiale. » Dans la foulée, Steven Seagal s’est attaqué à la réécriture du scénario d’Intouchables sous le titre Né un quatorze juillet.

Laisser un commentaire

A lire aussi