Connect
To Top

POP OUEST FRANCE
Mes prévisions météo

Ceci n’est pas une information essentielle et pourtant elle me tient à cœur comme si elle l’était : au-delà du péage d’Ablis, il existe un monde, un autre monde, oui, un monde pur et insouciant. Un monde de chansons pop, créé par des jeunes gens bien sous tous rapports quoiqu’un peu bretons, et se foutant pas mal qu’il pleuve 24h/ 24, 335 jours par an.

Ceci n’est pas une information essentielle et pourtant elle me tient à cœur comme si elle l’était : au-delà du péage d’Ablis, il existe un monde, un autre monde, oui, un monde pur et insouciant. Un monde de chansons pop, créé par des jeunes gens bien sous tous rapports quoiqu’un peu bretons, et se foutant pas mal qu’il pleuve 24h/ 24, 335 jours par an.

Situation générale au 12 novembre 2011 : vent de sud-est à sud 4 à 5 Beaufort, mollissant 3 à 4 Beaufort l’après-midi lorsque les balances résonnent dans la salle vide du Normandy, à Saint-Lô. En ce 26 novembre, les joyeux drilles de Juveniles y feront une escale. Leur We are young et son refrain hypnotique a déjà atteint les côtes vendéennes et est devenu un hit incontournable sur la Pointe de la Bretagne, en partie dû à la synchro en début de Grand Journal sur la chaîne cryptée. Pur produit Kitsuné, fashion barbe finement taillée, Juveniles est le coming next de la synth-pop française, héritière d’une French Touch qui se touchait déjà alors que vous n’étiez pas avorté, et ce avant même le revival New Order durant la fin de siècle vingtième du nom. Notez-le : Juveniles, bientôt dans tous les bons Colette de ton tié-quar, Nigga.

Quelques éclaircies au sud de la Loire grâce à un groupe signé sur le label Futur, label qui essaie de porter haut son patronyme même si parfois on pense plutôt à se tourner vers le passé (ah, le bon temps du Minitel Rose !). Visibilité 4 à 8 milles lorsque Rhum for Pauline s’en va partager la route avec Monsieur Funk (Jane and the mariachis) mais localement réduite à 2 milles quand les bonnes vibrations des Garçons de Plage atteignent Good player in a wrong game. Rhum For Pauline sera en concert avec Les Popopopops à Nantes le 25 novembre, Nantes où crèchent leurs camarades des Von Pariah empruntant aux Rakes (We abduct) ce qui réussit à Television (At the Fairground). Il serait clairvoyant de venir affublés d’anoraks jaune pipi et de bottes caca d’oie, mes poussins.

A Nantes toujours, les DAN (Disco Anti Napoleon) jouent avec leur phaser vintage et on peut dire que ça n’pédale pas dans la semoule. Ils tirent leur épingle du jeu : oui, puisque de jeu nous parlons, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu du beau jeu au stade de La Beaujoire.

Prévisions pour début 2012 : virant secteur ouest, temps toujours orageux à Angers, où son Chabada s’arrache les cheveux pour trouver un nouveau talent avec qui faire du trampoline. Vous avez des idées ? Tél. 02 41 96 13 40 / Fax 02 41 96 13 49.

S’amplifiant sur la Seine des musiques actuelles, vogue un bateau nommé Erevan Tusk. On les aurait bien imaginé originaires d’Evreux (mâchoire bovine, front taurin), mais non, ils ne viennent même pas de l’ouest parisien. Tant pis pour le vacherin.

Pareil à Rouen. Là où coule la Basse-Seine, indice de confiance 0 pour ce qui représente la Haute Cour de la Pop. Le 106 rouennais nous rappelle le 104 parisien. Avis de tempête avec rafales.

Si le vent du nord s’oriente sud-est en soirée, allez donc trouver refuge en deuxième partie de nuit à Rennes, où auront lieu du 30 novembre au 4 décembre les 32e Rencontres des Transmusicales. Le seul représentant « connu » de Tours, Boogers, n’y sera pas, fidèle à la devise de sa cité : si t’es de Tours, passe ton tour.

Sors ta 8.6, ça vient du 1.4, baby : mer agitée à très agitée dans la province de Caen, qui rentre derechef dans la course de la ville la plus rock après Bordeaux et Clermont-Ferrand. Dépression 1008 hPa par 52 degrés nord et 25 degrés ouest environ, se déplaçant lentement vers Le Cargö en le comblant, surtout les soirs où les enfants chéris du pays, les Concrete Knives, s’en vont kicker du bouzin. Houle allant de 1 à 2 mètres sur laquelle surfent quelques ados mal dégrossis. Même si Franz Ferdinand pourrait leur faire un procès pour le riff de Greyhound Racing, les « Concrete » comme on les appelle déjà, se rattrapent sur Brand new start pour nous faire shaker du Bounty. Sur Youth compass, on reconnaît plein de trucs qui font penser à plein de choses (des Strokes à Joy Division, en passant par Joy Division et les Strokes), mais ne subsiste que l’énergie collective : la joie de jouer fort et la joie de taper fort. Puis c’est toujours bien d’avoir en frontline une garçonne au regard pétillant, et pas une Alison « Nicole » Mosshart à l’attitude rock’n’roll lomo-cliché. Parions-le : les Concrete Knives sortiront vainqueurs aux points dans cette nouvelle vague de groupes pop.

West Coast Forever Anyway.

2 Comments

  1. LE_POULPE

    14 novembre 2011 at 20 h 57 min

    ***Parions-le : les Concrete Knives sortiront vainqueurs aux points dans cette nouvelle vague de groupes pop.***
    Oui je pense, avec ce qui est proposé à l’écoute, en même temps c’est tellement aléatoire mais bon … Ce sont les seuls à chanter correctement non ?

  2. zarc

    17 novembre 2011 at 22 h 34 min

    305 jours par an.
    Tu oublies le mois d’août (ou celui de juillet).

Laisser un commentaire

A lire aussi