Connect
To Top

La langue bavarde du chanteur de King Gizzard & The Lizard Wizard

Avant la sortie de leur dernier album "Murder of the Universe", King Gizzard & The Lizard Wizard jouait sur scène au TINALS, à Nîmes. Une occasion révée pour rencontrer Stu Mackenzie, le chanteur du groupe afin de retracer un peu l'histoire de ce groupe hors-norme tout droit débarqué de Melbourne.

Cette bande de sept australiens, dont deux batteurs et un harmonica (rep à ça John Dwyer) sème le chaos à chacune de ses représentations. Leurs tournées affichent systématiquement sold out, et la moindre nouveauté du groupe sur Internet comme la publication d’un nouveau clip ou d’une image sur Instagram suscite l’hystérie générale. Annoncés en clôture du festival This Is Not A Love Song, les membres n’étaient pas tous présents pour l’interview qui suit, mais on a eu la « tête pensante » pendant 15 minutes montre en main. Autant vous dire que j’étais pire qu’un fan de L.E.J. au salon du sarrouel. Top chrono.

Il parait que vous allez souvent taper l’impro dans les studios de Daptone Records à New-York.

On a enregistré quelques fois là-bas, et « I’m in Your Mind Fuzz » et « Nonagon Infinity » ont été conçus là-bas. C’est un endroit génial, j’aimerai y retourner davantage mais vu qu’on tourne tout le temps on n’a plus spécialement le temps de s’arrêter à New-York. D’autant plus qu’on ne joue pas trop là-bas, donc ça limite les possibilités.

Mais maintenant vous avez votre propre studio à Melbourne.

Yes, mais ce n’est pas exclusif. Parfois c’est dur de prévoir d’enregistrer un album à l’avance, en ne sachant pas ce qu’il va se passer entre temps ni où est-ce que l’on sera. Le fait d’avoir notre propre studio nous permet de ne pas être tributaire des autres. Il est plutôt négligé et vide, comme une boite de sardine qui sent la sueur, mais on peut tout y faire. C’est petit mais ça fait l’affaire, c’est cool. Notre home-studio de l’amour.

« 21 chansons en 3 jours, on est le groupe rêvé de tout ingé son. »

Vous avez la réputation de composer et d’enregistrer vos chansons en un jour et en une prise.

C’était comme ça pour « Flying Microtonal Banana », mais pour cet album c’était encore pire que ça vu qu’on a enregistré 21 chansons en 3 jours. La plupart des chansons sont assez basiques en fait, autant au niveau des paroles que de la composition et des riffs de guitare. On a l’habitude d’improviser, de se concentrer sur des suites d’accord spécifiques et de trouver des variantes qui s’enchaînent et partent en couilles. C’est comme ça qu’on compose et qu’on enregistre, et ça s’entend clairement sur certains de nos albums. Et ouais, en général ça rentre en une prise. On est le groupe rêvé de tout ingé son.

Justement, beaucoup de vos chansons s’imbriquent les unes dans les autres et sont très similaires. D’où vient cette lubie de faire des albums de plusieurs chansons, qui en fait n’en forment qu’une seule ?

J’ai toujours aimé les enregistrements et les albums qui te donnent l’impression d’être plongé dans une histoire avec une continuité logique ; plutôt qu’un enchaînement de chansons différentes. Pour moi, ça me semble être la bonne manière de faire des albums.

D’ailleurs, beaucoup de vos fans parlent de « Gizzverse » sur internet, un terme qui représente l’univers et les liens qui existent entre vos chansons, vos paroles, vos pochettes, vos clips […]. C’est une chose intentionnelle, ou bien vos fans sont les plus illuminés de la planète ?

Non, il y’a définitivement beaucoup de liens qui renvoient à des chansons des précédents albums. L’album n’est pas encore sorti (Ndlr: au moment de l’interview) et c’est plutôt marrant de voir toutes ces théories sur le web. Quand l’album sortira, les choses seront plus claires. Je pense que dans tout ce qui a été pensé autour de la Gizzverse, notamment sur Reddit, il y’a beaucoup d’idées auxquelles on aurait jamais pensé. C’est plutôt marrant de voir toute cette frénésie.

Gizzverse

Théories du complot

Le gars qui fait les pochettes du groupe est le même depuis le début.

Oui, Jason Galea, et il fait aussi les visuels pour nos concerts aussi. Il nous suit partout quand il a le temps. C’est un peu le huitième membre du groupe. Il travaille à côté de notre studio d’enregistrement à Melbourne, il entend tout ce que l’on fait musicalement donc il sait exactement quoi nous proposer pour coller aux univers des albums. Il est super impliqué dans la création visuelle et il y’a une super alchimie entre le rendu sonore et le rendu visuel. D’ailleurs, sur la route entre Primavera Nos au Portugal et Nîmes, on s’est arrêtés sur des collines en Espagne pour tourner une nouvelle vidéo, pas loin des Pyrénées.

Il paraît que tu es vachement intéressé pour travailler dans le cinéma aussi. La musique de King Gizzard pourrait faire un film à part entière, dans un style horrifique à la Frankenstein.

J’adorerais être impliqué dans un projet comme ça. Si quelqu’un lit ces lignes et voudrait travailler avec moi, je suis chaud ! Je pense que le groupe est déjà dans une optique où le visuel prend une place importante avec nos clips ; ce qui devient de plus en plus nécessaire pour les groupes en général.

« Ca parle d’un cyborg qui prend conscience de sa nature et devient obsédé par les vomissements et les morts. »

Votre dernier album « Murder of the Universe » raconte d’ailleurs une histoire sur fond de spoken word. On est pas loin du cinéma, mais dans un délire auditif.

C’est vrai, on avait déjà fait quelque chose de similaire avec notre album « Eyes Like The Sky ». Cet album est découpé en 3 chapitres. Le premier, The Tale of the Altered Beast, explore les thèmes de la tentation et raconte l’histoire d’un humain qui rencontre une créature hybride et mystique ; mi-humain mi-bête. Le deuxième, The Lord of Lightning Vs. Balrog, est concentré sur une grande bataille entre deux entités surnommées Le Seigneur de la Foudre et Balrog ; qui représentent la force de la lumière contre l’obscurité. Le troisième, Han-Tyumi & The Murder of the Universe, concerne un cyborg qui prend conscience de sa nature et devient obsédé par les vomissements et les morts. Il décide de créer une créature surnommée Soy-Protein Munt Machine qui a pour seul but de vomir. Cette machine explose alors et expulse infiniment des vomissements, qui englobent l’univers entier et le détruit. D’où le titre de l’album.

La personne qui narre l’histoire de l’album est une chanteuse australienne, signée sur votre label Flightless.

Oui, Leah Senior, elle est incroyable. On a enregistré son second album (Ndlr : un des batteurs de King Gizzard est le gérant de Flightless). En l’écoutant, sa voix m’obsédait et on s’est dit qu’elle serait parfaite pour raconter l’histoire de « Murder of the Universe ». Elle est venue, en mode impro totale, et elle a tout dégommé.

Pour la plupart des gens, quand on parle du rock garage et psychédélique, on pense généralement à la Californie. Mais avec votre groupe, mais aussi The Babe Rainbow, les Murlocs, ORB, Pond […] est-ce que l’Australie est le nouveau nirvana du rock psyché ?

De mon humble expérience, l’Australie a une longue histoire avec le rock & roll. Mais je ne pense pas que les choses aient particulièrement changé ces dernières années. Il y’a toujours eu beaucoup de groupes brillants. Mais je pense qu’on peut quand même dire merci à Tame Impala pour avoir apporté un coup de projecteur sur notre pays récemment.

Vous avez prévu de sortir cinq albums cette année, et à la moitié de l’année vous en êtes à deux. Pari un peu osé quand on est tout le temps sur la route non ?

On va essayer ! On a quelques idées qu’on pourrait sortir, mais le troisième est déjà dans les tuyaux.

« Le monde dans lequel on vit est en train d’aller vers le bas. »

Là vous êtes arrivés à un sacré stade heavy, difficilement dépassable en termes de violence. La suite va donner quoi ?

C’est l’album le plus énervé qu’on ait jamais fait. Pour ce qui va sortir d’ici la fin de l’année, ce sera beaucoup plus calme. Mais le prochain sera plutôt mellow jazz. On a travaillé dessus avec Alexander Brettin de Mild High Club, un super groupe de Los Angeles. Ils sont venus jouer à notre Gizzfest en Australie en novembre dernier. Il est resté quelques semaines chez moi, et on allait en studio tous les jours. Il avait quelques idées de morceaux et beaucoup de weed. Après de nombreux allers-retours entre Melbourne et Los Angeles, on l’a terminé. Il s’appellera « Sketches Of Brunswick East ». C’est un peu la rencontre de nos deux groupes, c’est marrant. C’est un peu inattendu comme résultat, c’est du jazz bizarre expérimental, très mélodique. Ça va arriver vite. Jason travaille déjà sur la pochette.

Vous ne vous arrêtez donc jamais ? Pire que Ty Segall.

Je pense que dans la vie, tu ne peux pas ne rien faire indéfiniment. Je dois continuellement faire quelque chose, parce que je deviens fou sinon. L’inutilité tue.

On pourrait dire avec la musique de King Gizzard, et plus particulièrement avec « Murder of the Universe », que vous êtes des soldats de l’apocalypse. T’en penses quoi ?

Je pense que le monde dans lequel on vit est en train d’aller vers le bas. Je ne sais pas si la condition humaine est faite pour durer, il y’a tellement de choses qui peuvent arriver. Je pense qu’en général, les gens ont peur de parler ouvertement des dangers que nous pouvons rencontrer, parce que c’est effrayant de penser au pire. Quand tu penses aux générations futures, au fait d’avoir des enfants, à l’environnement, à l’intelligence artificelle […] c’est pas forcément réjouissant mais c’est important d’y penser, et pas faire comme si tout roulait sans aucun problème. Parfois, je trouve que c’est intéressant de faire la musique que je fais avec King Gizzard, un peu fantaisiste et SF sur les bords, mais on n’est pas si loin de la réalité quelque part. C’est un peu le challenge de « Murder of the Universe », d’ouvrir la discussion. Je m’en fous de parler de la mort, ça fait partie de la vie.

King Gizzard and the Lizard Wizard // Murder of the Universe // Flightless
http://kinggizzardandthelizardwizard.com/

KING COVER

Photo d’illustration © Raw Journey

2 Comments

  1. buvez V..... & ELIMIN2E la diaréé de la raie

    6 juillet 2017 at 15 h 17 min

    Je suis le Pétomane , mais c’est toi qui pute

    • Bester

      6 juillet 2017 at 22 h 59 min

      Bon ben c’est le commentaire lunaire de la semaine, merci Thomas Pesquet

Laisser un commentaire

A lire aussi

  • Vanishing Twin au pays des amphibiens

    À l’heure où plus personne n’a les yeux rivés sur l’Angleterre pour savoir quelle est la météo musicale de...

    Jeffers Waldo16 juillet 2017
  • La vie, c’est Phew quand on y pense

    On a trop tendance à coincer la splendide voix de Phew quelque part entre la pop japonaise gothique, le krautrock et...

    Grégoire Bressac5 juillet 2017
  • Pond, du kangourou au pachyderme

    Futur leader de stade derrière leur grand frère Tame Impala, Pond est sûrement un de ces groupes australiens dont...

    Jeffers Waldo3 juillet 2017