Connect
To Top

« K.I.M »., un clip de Maestro pour rendre aveugles tous les pros du selfie

Le saviez-vous ? Stromae, en verlan, signifie Maestro. Depuis leur premier album, tous les médias s’en donnent à cœur joie sur les « en avant Maestro », mais c’est oublier un peu vite que le groupe de Fred Soulard et Mark Kerr est surtout un putain de groupe transgenre avec un papa rockeur et la maman clubbeuse. « K.I.M. », dans une vraie version live à découvrir maintenant, en est encore la preuve. Il est dédicacé à Kim Jong-Un et Kardashian.

Vous vous souvenez des années 2000 ? Vous aviez la nuque semie-longue pour coller aux standards esthétiques de Brain Magazine, vous écoutiez Peaches et votre rêve dans la vie, c’était de partir écouter le premier album de LCD Soundystem à Berlin. En fait, vous aviez l’air sacrément con. De ces années là, le trio de Maestro semble n’avoir conservé que le meilleur (l’électro-rock de James Murphy, si tant est que ce terme ne mérite pas lui-même d’être brulé au lance-flammes) tout en y injectant un second degré gorgé d’acides.

K.I.M, morceau extrait de « Monkey Business » (« monnaie de singe » en V.F., soit « business d’enculeurs » pour aller droit au but), résume presque à lui seul le come-back du groupe le moins attendu sur le périphérique musical français. Un énorme foutage de gueule de l’époque auto-centrée, mis en scène dans un clip shooté à l’arrache avec des paparazzis du quotidien oubliant ce qu’ils regardent au fur et à mesure qu’ils filment. Mis en scène par Fred Fiol & Eddie Duffy, l’instant n’oublie pas d’être tigersushien ; on y retrouve tous les synthés sortis du placard de Joakim, et cette petite touche de décalé-tordu qui vient se plaquer sur la batterie tel un sticker Fnac indiquant « attention, Ovni ». Nan, là, c’est clair : « en avant Maestro ! »

Maestro // Monkey Business // Tigersushi
https://www.facebook.com/maestrotheband

En concert le 8 juin à l’Aeronef (Lille) et le 12 juin au Point FMR (Paris)

Laisser un commentaire

A lire aussi