Connect
To Top

JULIEN BLANC-GRAS
Touriste

Amoureux du Home Sweet Home, passez votre chemin. Julien Blanc-Gras vous invite à suivre la route d’un démoniaque backpacker qui disjoncte dans son quotidien et frétille à l’approche d’une porte d’embarquement d’aéroport. Colombie. Chine. Guatemala. Madagascar… Un tour du monde en 260 pages ou comment apprendre à donner une pièce à un lépreux, comprendre la différence entre voyage et tourisme, et découvrir pourquoi un appareil photo ne sert à rien à l’autre bout du monde. Attention décollage imminent.

« On compte 200 états souverains. On vit à peu près 30000 jours… On devrait donc passer 150 jours dans chaque pays ». Voilà le mantra du narrateur, jeune Parisien fauché qui rêve de voyager. Pas seulement cinq semaines par an comme le touriste lambda qui attend ses congés payés pour s’envoler vers une destination exotique soldée sur Internet. Non. Partir dès que possible. Tout le temps. Pour visiter les dunes marocaines en voyage organisé, être figurant dans un Bollywood à Bombay, conditionner de la poiscaille nauséabonde dans un port anglais. Tout est bon pour partir, s’échapper du train-train, aller voir ailleurs. Un ailleurs toujours repoussé, comme un horizon inatteignable.

Le héros ressemble à ces voyageurs touts en dreadlocks et sac à dos qui dézinguent la démocratisation du tourisme. Celle qui fait déferler des bus bondés sur des plages vierges, qui vante les billets d’avion hard discount, qui entasse sur des bétaillères de croisière des milliers de beaufs ravis de découvrir les îles méditerranéennes en troupeau. Cette critique implicite du voyage moderne où il n’est question que de reproduction de ses habitudes sous d’autres latitudes irrigue les pages du roman, sans se départir de quelques pointes d’humour et d’autodérision (le voyage dans le désert marocain). Malheureusement, Touriste échoue à coordonner les étapes du trip, à leur donner une densité, malgré des destinations hautes en couleurs (la ville natale de Pablo Escobar, Medellin, par exemple). Les anecdotes de voyage se succèdent mais, jamais véritablement développées, elles laissent un goût d’inachevé.

Sorte de carnet de route, de notes prises sur une nappe à Katmandou ou au dos d’un magazine sur une plage de Papeete, Touriste se compulse plus comme un guide initiatique au voyage que comme un roman du monde. Ca donne envie d’aller tâter des terrains inconnus par soi-même, quitte à oublier le bouquin sur la banquette d’un bus ou le siège hublot de votre vol Paris/Ouagadougou.

Julien Blanc-Gras // Touriste // Au Diable Vauvert

1 Comment

  1. Bryant Darras

    30 juin 2011 at 10 h 34 min

    I´ve been reading your blog for awhile and it for no reason occurred to me to comment. That is absolutely ironic, because I´ve spent quite a lot of time over the history few months studying what it takes to make people comment on my own website. Right after reading a couple of your posts I guess it´s controversial topics that stir people´s emotions to the point exactly where they can´t simply just ´let it go.

Laisser un commentaire

A lire aussi