Connect
To Top

FESTIVAL AIR D’ISLAND
La possibilité d’une île… en portfolio

Ces deux dernières années, nous avons vu l'ascension de plusieurs artistes islandais : Asgeir, Of Monsters and Men et Samaris, pour ne nommer qu'eux. Ils ont foulé le même sol que Bjork et Sigur Rós et ont eux aussi brisé les frontières de la petite île perdue au nord de l'océan Atlantique. Présentation de quelques artistes de cette nouvelle génération, à quelques jours du septième festival Air Islande, le warm up parisien avant le prochain Iceland Airwaves en novembre 2015.

Comme les sagas islandaises, la musique populaire en Islande est une grande histoire dans un petit pays. La scène musicale est une communauté de la taille d’une famille élargie, un réseau intense de musiciens, tous liés, qui se mêlent entre plusieurs projets et plusieurs styles, principalement influencés par la musique de leurs voisins européens et nord-américains. L’isolement se traduit dans le style par une mélodie qui appelle les paysages arides de sable noir, les montagnes rouges, les elfes, les trolls et toutes les forces extrêmes de la nature. Il y a une nuance de mélancolie dans la lutte de la vie dans une terre dure et froide, un terrain vibrant d’espoir et de grandeur, enveloppée dans l’insouciance et la devise de « Þetta reddast » : « Les choses vont s’arranger« . La jeunesse d’aujourd’hui – la génération millénaire – montre cette volonté de « pouvoir tout faire. »

Festival Air d’Island, du 23 janvier au 8 février, au Garage Mu et au Point Ephémère.
Photos et textes : Halldora Magnusdottir et Laurent Chouard

festival-air-d-islande-2015-345g

Dj flugvel og Geimskip (Dj Airplane and Spaceship)

Pas besoin d’envoyer du lourd quand on sent la différence : elle l’a bien compris et elle ose. Une influence de Bollywood et une voix arrachée, pleine de couleurs et de vie.

8469_FM_MH_DJFlug_021OK

Boogie Trouble

Alors que la musique électronique fait son grand chamboulement dans le circuit depuis pas mal de décennies, certains se retrouvent parfois à faire ce que personne n’attend. Boogie Trouble en est un exemple et redonne de la fantaisie à la musique disco, ringarde et un peu débile avant qu’on ne l’écoute avec le sourire des seventies. Pourquoi nos musiques sont-elles si grises, parfois ?

Boogie TroubleOK
Moses Hightower

Un style, un vrai. A les entendre, on pourrait croire que le groupe travaille ensemble depuis la nuit des temps avec leur élégance et leur sagesse. Un paysage que l’on s’imagine doux et chaleureux, un appel au voyage loin du monde urbain.

NN01_1600_MosesHightower_008OK

Samaris

Pour moi c’est ce que tout le monde a envie d’entendre d’un artiste islandais. Une des plus grandes voix mondiales, musique de chambre à grosse échelle. Ça nous a ému et ce n’est pas à écouter dans un Walkman.

1672_1600_Samaris_002

Mr Silla

Attachant, décalé, prêt à surmonter les épreuves, voilà ce que Mr Silla nous fait entrevoir. Les riffs sont tantôt accrocheurs tantôt dévastateurs. On s’arrache vite du sol pour retomber tout en douceur.

1663_2400_Silla_FM_006

Olof Arnalds

Elle est la plus reconduite sur la seine islandaise et l’une des voix les plus respectées. En faisant partie des pionniers de cette génération, Olof a su redonner goût aux chansons folk islandaises.

Halldora Magnusdottir and Laurent Chouard

Fm Belfast

Parfois un concert sert à recharger les batteries. Ça tombe bien car FM Belfast est une vraie centrale atomique de l’electro­pop. On y va et on n’en revient pas.

Halldora Magnusdottir and Laurent Chouard

Laisser un commentaire

A lire aussi