Connect
To Top

EXILE ON TROPICOOL STREET
La compil’ du cool

Cet hiver, on oublie les stations de ski. Direction le sud de la France avec la compil’ “Exile On Tropicool Street” qui sortira le 16 février prochain via le label Alter K. Embarquez avec Gonzai pour réviser votre géographie, au son de la relève française.

Drôle d’idée de sortir une compilation en plein hiver. Les compilations, c’est normalement réservées aux chaînes de radio à trois lettres. Les morceaux parlent du soleil, de la plage, des nanas. On les écoute dans les campings, dans nos bagnoles, et dans les boîtes de nuit de la capitale jusque dans le coin paumé de 3 000 habitants en Bourgogne où vit ton cousin Hugo. Mais “Exile On Tropicool Street”, c’est une compilation pensée pour te sortir de l’hibernation. Pas de refrain qui squatte tes pensées une semaine non-stop, mais 19 morceaux piochés dans le répertoire du meilleur de la musique fabriquée en France, mais chantée en anglais. En route pour un road trip franco-français dans les principales villes du sud de la France, hometown de la relève française.

Première escale : Marseille

“Exile On Tropicool Street” s’ouvre avec le morceau Let Me Down (Don’t) du gang marseillais Husbands derrière lequel se cachent Mathieu Hocine (Kid Francescoli), Mathieu Poulain (Oh! Tiger Mountain) et Simon Henner (Nasser et French 79). Des mecs qu’on retrouve dans plusieurs groupes de cette première escale marseillaise. Leur électro minimaliste installe tranquillement le voyage. Pas besoin de se presser, y’a du bon son à écouter ici. Et pour tous les goûts.

D’humeur un peu soul ? One Time Too Many du marseillais Martin Mey devrait faire l’affaire.

Disco Queen de Kid Francescoli with Julia, pour un peu de féminité dans la bande-originale de ce road trip le long de la Méditerranée. Le morceau raconte l’histoire d’une nana morte qui s’adresse à son mec alors qu’il danse avec une autre. Et ça la rend folle. C’est le moment de quitter la cité phocéenne.

Côte d’Azur

Toulon n’est pas que la ville du ballon ovale mais aussi le chef-lieu de Boreal Wood, qui fait dans la pop électro douce et aérienne. Le genre de morceau à écouter en marchant au ralenti.

Un court arrêt à Hyères, juste le temps d’apprécier Burning Land du trio Appletop, une pop californienne pleine d’énergie et de soleil. Puis Antibes, son Marineland, son musée Picasso et le Corridor Club de Animal TV.

La Corse, ça se corse !

Ambiance West Coast sur l’île de Beauté : Dallas de Casablanca Drivers, ses guitares aiguës et son discours de liberté.

Dernière escale, Montpellier

L’exil se termine bientôt. S’il reste un peu de thunes dans vos jeans troués, c’est le moment de prendre l’avion et de se poser en douceur sur le continent français, accompagnés de Luminiscent de Franklin. Idéal pour la fin du voyage.

Exile On Tropicool Street // Various Artists // Alter K / Idol
Alter-k.com 

Laisser un commentaire

A lire aussi