Connect
To Top

ERIC NAULLEAU
Human after all

Celui qui a déjà tenu l’intégralité de l’émission On n’est pas couché devant son poste de télévision fait un pas en avant.

Celui qui a déjà tenu l’intégralité de l’émission On n’est pas couché devant son poste de télévision fait un pas en avant.

Celui qui a déjà tenu l’intégralité de l’émission On n’est pas couché devant son poste de télévision fait un pas en avant.

C’est toujours la même histoire : un samedi soir maussade où on préférerait mourir plutôt que se confronter aux fâcheux déjà supportés toute une semaine.

Par curiosité et -il faut bien l’avouer- par faiblesse, on allume la télévision. Avec son air de garnement malicieux et sans trop d’esprit Laurent Ruquier est toujours là, berçant les engourdis du samedi soir. C’est donc le meilleur moment pour que les secrétaires d’Etat et porte paroles de tous poils nous prennent par derrière et nous mènent au lit en laissant tout de même leurs petites empruntes dans ce qu’il nous reste de cerveau disponible. Bien sûr, quelques artistes populaires sont là pour faire passer la pilule. Il y a la grande gueule, l’humoriste et l’actrice engagée dans la lutte pour les sans papiers. On attend donc le dérapage. Le moment où le haut fonctionnaire se fait remonter les bretelles par un acteur qui fait du zèle. Et tout en le divertissant, on passe pour proche du peuple ; qui pour l’heure est ravi. Et l’équipe de Laurent Ruquier sait s’y prendre.

Ainsi quand Jonathan Lambert se déguise et fait le bouffon devant les invités, c’est la jubilation.

Au milieu de l’arène il y a Eric Naulleau, le critique acerbe. Il forme avec Eric Zemmour le duo redouté de l’émission du sympathique Ruquier. Eric Naulleau dans le rôle du journaliste de mauvaise foi et Zemmour dans celui du chroniqueur raffiné. Les deux hommes sont la caution « politiquement incorrect » de l’émission. On s’étonne. Les écrivains ont perdu le gout de la critique et un simple mot passe pour une violente attaque à leur intégrité. Du moins c’est comme ça qu’Eric Naulleau explique sa mauvaise réputation.

Une réputation qui semble, aux traqueurs de malhonnêteté que nous sommes, assez peu d’à propos.

En 1993 Eric Naulleau voit assez loin pour fonder la maison d’édition L’Esprit des péninsules et se faire éditeur de littérature d’Europe de l’Est. En tant qu’auteur il écrit Au secours, Houellebecq revient ! ou  Le Jourde & Naulleau, deux pamphlets sur la littérature contemporaine. Mais l’intéressé peut tout aussi bien vous expliquer qu’il est un « fan hard-core » d’Emmanuel Bove que vous raconter son premier concert des Cramps…

Alors Eric Naulleau serait fréquentable, finalement ?

Entretien: Federico Mascarpone & Pierre Mikaïloff
Réalisation: Victor H

Laisser un commentaire

A lire aussi