Connect
To Top

Des nouvelles de Jacco Gardner

En attendant un nouvel album et alors qu'il prépare un hommage au "Faust" de Murnau à la Cinémathèque, Jacco vient de balancer une superbe reprise du "Lazy Old Sun" des Kinks.

Un moment qu’on avait pas eu de nouvelles de Jacco Gardner. Après son concert au Paris Psych Festival en juin dernier et alors qu’il défendait pour la énième fois sur scène son deuxième disque « Hypnophobia », le jeune homme a coupé le signal. Et alors qu’on en sait pas beaucoup plus sur ses nouvelles compos, voilà qu’il sort de sa grotte avec un joli cadeau pop en provenance d’une époque lointaine.

Le choix des Kinks, à la fois grands mélodistes pop et fers de lance malgré eux du garage avec le standard You Really Got Me, résume bien les obsessions du petit génie batave. S’il est fan de pop sixties bien branlée et bien bancale dans le genre Syd Barrett ou Kevin Ayers, notre ami multi-instrumentiste a aussi une passion cachée pour le rock’n’roll coup de poing.

Petit rappel : c’est sous le nom de The Skywalkers que Jacco Gardner a commencé les choses sérieuses. Avant sa guerre des étoiles en solitaire qui l’a propulsé sur le devant de la scène, il jouait dans un groupe de « Dutch Beat ». Comprenez : du garage 60’s fait par des hollandais. Des gamins biberonnés aux compil’ Nuggets qui ont sorti en 2010 le disque « Year One », qui rassemble deux demo tapes pleines de fureur de vivre rythm’n’blues. Avec des « YEAH » en pagaille que n’auraient pas reniés les sales Troggs et des boucles nerveuses de synthés analogiques qui évoquent dangereusement Jacno et qui laissent à penser que Jacco a aussi saigné la pop française des 80’s. Un côté pop que l’on voit d’ailleurs déjà poindre dans ce manifeste rétro publié par le bien nommé label « Grey Past Records » sur la chanson My Chapel In The Sky.

Une trajectoire intéressante qui évoque la carrière de pas mal de musiciens qui commencent par un truc de groupe nerveux et fougueux avant de se diriger vers le calme et la (vraie) composition en solo. Dernier exemple en date : l’ex Wall Of Death Gabriel Matringe qui a troqué ses amplis à lampe pour la sagesse acoustique avec son projet solo en français Gabriel Auguste.

Jacco Gardner sera à la Cinémathèque le 5 mars pour un ciné-concert en hommage au « Faust » de Murnau, en collaboration avec Red Bull Studios Paris.Plus d’infos ici

Laisser un commentaire

A lire aussi