Connect
To Top

DECOUVREZ ‘ROANOKE’, LE NOUVEAU CLIP EN EXCLU DE PRINCIPLES OF GEOMETRY

Non content d’être le groupe français le plus hilarant dans l’exercice des interviews par mail, Principles of Geometry est également depuis ce matin propriétaire du meilleur clip jamais réalisé pour illustrer la mystérieuse disparition d'une colonie anglaise en terre indienne, à Roanoke. Quelques éléments de réponse sur le clip, le duo lillois, la pratique du Curveball, Michel Sardou et la vie en général grâce à une interview hilarante réalisée par mail.

C’est un très beau clip, qu’en pensez-vous ? 

Du bien. Sinon on ne serait pas là pour en parler.

Okay c’était ma première question blague et c’est raté, ça commence mal. Vous pouvez m’aider en développant un peu sur le clip ?

Nous essayons de rester en accord avec nous même, lorsque généralement on ne parle pas d’un de nos clips, c’est qu’on souhaite l’oublier. ça arrive parfois. Rarement. Mais ça arrive. Pas avec celui ci. Ca formule déjà un élément de réponse je suppose. On en pense donc du bien, beaucoup même, parce qu’avant tout, il s’agit d’une proposition spontanée de la part de Lisa Paclet, et qu’on a donc on est resté dans un langage d’humains, de rapport avec une émotion. C’est une très bonne appropriation du titre, très personnelle, mais elle rejoignait les deux fondements de ce titre : l’inconnu et la disparition. Lisa voulait travailler sur ce titre et elle savait ce qu’elle voulait y faire, c’est extrêmement agréable ce genre de situation. Le fait qu’il ait été majoritairement refusé par les sites curator nous conforte dans l’idée que le résultat est bon. Et le fait qu’elle soit italienne est inévitablement un vrai plus. Je conclurai là dessus.

Bon allez, soyons sérieux : comment vous est venu cette idée d’hommage à la « lost colony » des Roanoke ?

Cette histoire est marquante, déjà parce qu’elle formule un des premiers mythes dans la pré-civilisation américaine, et nous aimons les mythes. Et ca rejoint pour nous le thème de l’inconnu et de la nature. L’hypothèse la plus magique étant celle que les colons soient devenus « natifs », qu’ils aient rejoint les Indiens, donc la nature,  pour, sans le vouloir, disparaitre. En abordant – et excuse moi la raccourci – cette forme de retour à la nature probable, hypothétique, on passe de l’idée de « la colonie perdue  » à celle de la recherche du paradis perdu. Cette forme d’évanescence est très romantique, nostalgique, c’est un peu le fondement de ce morceau.

Roanoke_subtitle

Avez-vous découvert ce qui leur était finalement arrivé ? 

Je pense avoir apporté un élément fantasmé de réponse juste au dessus. J’ai un peu trop développé.

Continuons sur ce concept de colonie. La France, et l’Europe, connaissent actuellement une vague d’immigration sans précédent depuis 1945. Les identités se diluent, chacun se replie sur son petit bout d’appartenance socio-culturelle. Question : où POG aimerait-il émigrer, et donc, se perdre ?

L’ambition est de rester dans notre cave. On se perd suffisamment comme ça.

Peut-on voir dans ce clip un hommage caché au Temps des colonies de Michel Sardou ? 

Ahah, pas tout à fait.

Bon et sinon quoi de neuf depuis la sortie de « Meanstream« ?

Alors :

– On a dépassé notre high score au Curveball, score imbattu depuis sept ans.

– On recherche des originaux de sketchs de Ron Cobb, en mode science fiction hollywoodienne, on ne trouve pas, alors on a voulu le contacter pour qu’il fasse un dessin de nous, mais notre label manageuse nous a demandé d’arrêter de leur mettre la pression. On a donc essayé de joindre Joakim à New York dans son studio Crowdspacer, pas plus de réponse, à priori il est entre deux sessions d’enregistrement de groupes – dont on se demande comment ils peuvent investir autant d’argent pour aller mixer à NY, grand bien leur fasse tout de même – et la recherche du meilleur sandwich thaïlandais de la grosse pomme, ou du café-latte irréprochable. Il n’a pas eu le temps de se pencher sur notre problème. Si tant est que cela en soit un.

– Donc, on a sorti un maxi, sous le nom de HAN, toujours sur Tigersushi, c’était pour nous l’occasion de travailler des formules différentes, plus club. Et une imagerie qui tournait autour de l’absence d’égo à travers les Komusu. On s’est donc perdu dans ce vortex pendant plusieurs semaines. Peu de communication, encore moins de promotion. Mais on en profite pour aller passer des disques en club, c’est assez drôle.

– On discute fréquemment avec Marco Dos Santos qui travaille d’arrache pied sur un clip pour Han justement, le résultat risque d’être assez surprenant.

– D’ailleurs on recherche pas mal de gens pour ce clip, donc si vous souhaitez participer envoyez nous un message sur Twitter, il se peut qu’on y passe, ou envoyez une carte postale à Gonzaï qui fera suivre.

– On continue les barbarismes avec des mots intégrant un suffixe en -ance , -ence, -idou, si vous entendez ça à la capitale, ça vient de nous, totalemence.

– On ne sort toujours pas trop de notre cave, on pourrait te dire que ça viendra, mais notre âge avançant, je présume que notre timidité est en train de se muer en misanthropie.

– On vient d’archiver les huit mille nouvelles photos du programme Apollo qui viennent d’âtre mises en ligne par la Nasa, Jeremy vient de perdre deux dixièmes à l’oeil gauche.

– On rebosse sur des morceaux, plutôt ambiant, et c’est très bien comme ça.

– On fait des filages de notre concert pour se préparer à faire le concert de clôture du Bam Festival à Liège le 23 octobre, on est très contents.

– On suit sur Instagram le nouveau dossier de Gregory Crewdson, Cathedral of the Pine, on a hâte de voir ça.

– On a essayé le Prophet 6, qui est très réjouissant, je vous le recommande à tous. Un crowdfunding va être nécessaire pour que nous puissions en faire l’acquisition. On attend un soutient de votre part, on n’a pas été rats quand vous avez lancé le magazine papier.

– On réécoute énormément de musique, ce qui implique que ça va nous énerver très fort, et qu’on va avoir envie de rafler un album.

– Je pense que c’est à peu près tout, même si je suis persuadé d’avoir omis deux-trois points.

1 Comment

  1. Albert Potiron

    13 octobre 2015 at 20 h 28 min

    Je vois Sardou partout c,est dingue

A lire aussi