Connect
To Top

C’est bien c’est nouveau : YOWL

Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, des punks de Peckham racontant le quotidien morose de jeunes Anglais face à la dureté de la vie, du chômage et d’un avenir plutôt mal barré.

La première chose qui frappe, c’est la voix de Gabriel Byrde. Posée et calme, elle devient profonde, puissante, voire alcoolisée. Viennent ensuite les paroles, qui reflètent leur vie. La vie. Celle de jeunes musiciens de Peckham, banlieue au sud de la capitale anglaise en pleine gentrification où les cafés bobo se mêlent aux taudis à peine fréquentables.

C’est là que YOWL puise son inspiration, entre la dureté de grandir, devoir faire des choix et l’espoir de s’en sortir. Un premier EP, « Before The Sleep Sets In » a vu le jour en novembre 2016. Et dedans, une pépite passée presque inaperçue : Saturday Drag. Une chanson qui emmène dans l’intimité du groupe. Une ballade presque, mais au goût du jour : violente, mélancolique, morose. Le rythme s’intensifie, la voix devient de plus en plus grave et on plonge directement dans leur univers. Le chanteur inonde de paroles comme si elles étaient insignifiantes. Pourtant, c’est tout l’inverse. Et c’est là la force de YOWL : des paroles délivrées d’une manière laconique, comme si le groupe s’en foutait, alors que les thèmes sont eux, lourds.

Après une série de concerts au Royaume-Uni et quelques dates en compagnie des Espagnols déjantés de The Parrots, les jeunes Anglais sont de retour avec une nouvelle chanson : My Headache Likes To Speak. Toujours aussi tumultueux, YOWL s’impose en puissance. Les capacités vocales du chanteur sont encore plus exposées, les rythmes se font et se défont dans un joyeux foutoir musical où le punk s’entrelace avec l’indus et le rock. YOWL, le cri du cœur.

3 Comments

  1. optimo grabbaçiones

    16 mai 2017 at 8 h 38 min

    il ya au moins je crois 2 @ 3 groupes du même ‘genre’ rue myrha en France 18°, enfin encore le 18° pour combien de temps?

  2. J.G. Wilkes

    20 mai 2017 at 17 h 32 min

    hi, optimo grabbacçiones , thanks for the name, mate, i will dj’ing on friday June 16 in Biarritz with a lot of grrizzzy motors, be there , hopes this french presss, will covered the event.

  3. La Martinique

    20 mai 2017 at 18 h 52 min

    Y ‘oule leul billes ?

A lire aussi